1. Notre couple


    Datte: 08/01/2022, Catégories: fh, Oral pénétratio, couple, Auteur: Mac2mac

    Sophie et moi sommes mariés depuis presque vingt ans. Nous avons deux beaux enfants et notre vie se déroule sans encombre. Nous sommes très amoureux depuis le premier jour et au fil du temps, notre passion ne se dément pas.
    
    Notre vie intime est également très harmonieuse ; Sophie est une femme très occupée par le quotidien, mais très réceptive à mes désirs et aux siens, et même si nos rapports sont moins fréquents qu’à la première heure, notre vie sexuelle est épanouie et il n’est pas beaucoup de pratiques que Sophie me refuse.
    
    Mon épouse est une femme équilibrée, calme et d’humeur égale et si, la plupart du temps, nos rapports sont doux et précédés de longs préliminaires, elle aime également le sexe brusque et prend un plaisir non dissimulé lorsque je la prends par exemple brutalement en levrette, la tenant fermement par les cheveux. Elle aime également que je sois entre ses jambes, encourageant mes coups de boutoirs frénétiques de ses jambes enserrées autour de moi. Elle n’est, par contre, pas portée sur les mots crus, à mon grand désarroi. Ce n’est qu’à ma demande qu’elle a progressivement commencé à me dire des mots coquins, à petite dose, et le plus souvent lorsque je les lui suggère, ce qui est assez frustrant, je l’avoue, alors que la façon dont elle aime être « prise » mériterait des encouragements bien plus éloquents. J’adorerais entendre des : « baise-moi », « prends-moi comme une chienne », et autres.
    
    De mon côté, je suis pétri de fantasmes divers et ...
    ... variés, et il est vrai que cet aspect sexe sauvage n’est pas pour me déplaire et entendre ma femme haleter et crier au rythme de mes violents coups de bassin génère en moi une excitation certaine.
    
    Mais voilà, je suis sujet, et ce depuis mon plus jeune âge, à des soucis d’éjaculation précoce. La plupart du temps, il est vrai que je m’en sors plutôt bien. Disons qu’après des préliminaires prolongés, et si j’use de stratagèmes divers selon les moments, j’arrive allègrement à la contenter et nos rapports peuvent ainsi durer de très longues minutes.
    
    J’ai, par contre, beaucoup de mal à résister aux manifestations de son plaisir et quand je suis en train de lui faire l’amour sauvagement, que je sens son plaisir monter et que ses mouvements de corps et ses cris de plaisir m’invitent à continuer à la pilonner, je suis obligé de baisser de rythme aussitôt et reprendre quelques instants plus tard. Il m’arrive aussi de ne pas m’arrêter (quand elle me le demande) et je jouis alors, sans l’amener au bout de son plaisir, ce qu’elle ne m’a jamais vraiment reproché d’ailleurs. Ce serait plutôt moi qui culpabilise et qui suis frustré de ne pas pouvoir la contenter comme je le voudrais, et comme elle le voudrait sûrement aussi, j’imagine.
    
    Doucement et insidieusement, s’est alors développé en moi un fantasme ; celui de voir Sophie faire l’amour avec un autre homme. Ou plutôt, être prise par un autre homme. Un homme qui n’aurait pas besoin de se retenir ou de s’arrêter et qui la baiserait si ...
«1234»