1. Un jour gravé dans ma mémoire (début & fin) (1)


    Datte: 28/12/2021, Catégories: Gay Auteur: pauline69

    Ce jour-là reste dans ma mémoire. J’étais étudiant, le midi, je mangeais avec les potes de ma classe, on alternait entre le gavage au sandwich et les parties de baby-foot endiablées.
    
    Ce midi-là, je mange à table, venant de perdre une nouvelle fois au baby, je vois Enzo, un collègue de classe qui discute au bar avec un mec inconnu, facilement repérable, car ce bar est rempli en général d’une clientèle d’habitués. Ce mec est plus qu’ordinaire, mais je ne sais pas pourquoi il m’intrigue. J’avale vite la fin de mon jambon beurre afin, sous prétexte d’aller aux toilettes, de m’approcher d’Enzo et de ce type.
    
    L’inconnu parle beaucoup, ça a l’air de gonfler un peu Enzo, en passant près d’eux, Enzo m’interpelle pour une raison bidon, je lui signifie que je vais m’arrêter au retour de la pause technique. Chose promise, au retour, je m’arrête près d’Enzo, celui-ci me présente à ce nouveau client. Il se dit s’appeler Emmanuel, je trouve qu’il n’a pas une tête d’Emmanuel, je ne comprends pas vraiment ce qu’il fait, mais il prétend avoir des dons de voyance. Je joue le jeu, je l’écoute, à la fois la voyance, je n’y crois pas, mais j’ai quand même envie de l’écouter. Plus je l’écoute, plus je pense que ce qu’il raconte, c’est n’importe quoi, mais plus j’ai encore envie de l’écouter. Enzo d’un clin d’œil me fait signe qu’il va s’échapper (enfin ! si je devine bien).
    
    Les minutes passent, il me faut retourner en cours, Emmanuel me propose de nous revoir en fin d’après midi, ...
    ... rendez-vous à la gare à 17h00, il pourra peut être m’en dire plus sur mon avenir, prétend-il.
    
    Ma présence en cours est fantomatique, je repense à Emmanuel, j’ai hâte d’être au rendez-vous, c’est compliqué de décrire comment je suis perturbé, comme si je ressentais que cette journée serait particulière, voire unique.
    
    Fin des cours, je suis pressé de me diriger vers la gare, mes potes sont surpris, car tous les jours, nous faisons une partie du chemin ensemble dans la direction opposée. Je bafouille un gros mensonge comme quoi il faut que j’aille voir des billets à la gare pour mon futur retour chez mes parents. J’arrive à la gare, je ne vois pas Emmanuel, je suis aussitôt déçu, m’aurait-il posé un lapin ? Je m’assois pour attendre quelques minutes quand même, je sais que j’aurai un bus un peu plus tard s’il le faut.
    
    Emmanuel arrive en courant, s’excuse de son retard. Il s’installe à côté de moi et en posant sa main sur ma cuisse, il me propose d’aller boire un café dans un petit bar discret. Je ne fais pas attention à ce geste à ce moment-là. Nous nous faufilons dans des petites rues et arrivons effectivement dans un bar que je ne connaissais pas. Visiblement, ce n’est pas la première fois qu’il y vient. La patronne nous sert un café et je vois qu’elle reste derrière son comptoir, très proche de nous, à écouter notre conversation.
    
    Au début, nous parlons de tout et de rien, puis il commence à parler du futur, de ce qui m’arrivera à moi et ma famille (d’ailleurs, trois choses ...
«1234...»