1. Mon Nouvel Oncle (7)


    Datte: 10/12/2021, Catégories: Gay Auteur: Calinchaud

    ... fait bonne figure comme on dit, mais a abordé le sujet avec Claude immédiatement.
    
    — Tu couches avec lui... c’est ton mec... Et ne le nie pas, il me l’a dit lui-même.
    
    — Oui... Et alors... Où est le problème ? Tu sais que je suis homo, non ?
    
    — Oui, je sais, et je l’accepte maintenant, je te veux heureux... Mais Marc est ton neveu... C’est de l’inceste mon chéri... !!!
    
    — Maman, biologiquement, tu as raison, mais affectivement... ? Je ne le connais que depuis quelques semaines, j’ignorais même son existence, ni même celle de ma sœur... !!!
    
    — Oui, mais quand même...
    
    — Alors, admets que cette réunion de famille n’ait jamais eu lieu, et que j’aurais tout simplement rencontré Marc à Nice, sans savoir qui il était, tu aurais fait quoi ?
    
    — J’aurais été très contente pour toi et je l’aurais accueilli à bras ouverts.
    
    — C’est ce que tu fais, non ?
    
    — Oui... Mais je savais pas que c’était Marc.
    
    — Alors, ça change quoi ? On est deux hommes, on pourra pas engendrer des monstres consanguins. Ton éducation ...
    ... et ta religion le réprouvent... OK ... Mais sache Maman que si je t’aime, j’adore Marc et lui aussi.
    
    — Tu m’abandonnerais pour lui ?
    
    — Je ne pense pas que cela ira jusque-là, et lui ne l’accepterait jamais. Je suis sûr qu’on trouvera la solution, mais jamais sans lui, d’accord ?
    
    J’avais écouté tout ce que Claude m’avait rapporté de sa conversation avec sa mère, et je tenais à lui donner ma réponse.
    
    — Content d’avoir renoué avec Mamie, mais c’est toi d’abord et c’est toi que je veux.
    
    — Je sais Chéri... La situation est quand même très surprenante... Mais, moi aussi c’est toi que je veux, après, on est assez intelligents tous les deux pour gérer ça.
    
    — En tout cas, je commence à m’attacher à elle, en tant que Ma grand-mère, et il est hors que question que quiconque m’en empêche dorénavant.
    
    Et j’ai prononcé le mot magique :
    
    — J’ai envie. Envie d’un café... Bien noir et très fort, qui va m’empêcher de dormir.
    
    Dans ses bras, nous avons rejoint la chambre pour nous aimer, dans tous les sens du terme. 
«123»