1. Elle était si jolie 2


    Datte: 01/12/2021, Catégories: Première fois Auteur: Accent

    Mais pourquoi tant m'empresser à effacer ces traces de rouge. Ces bisous si spontanés ont été appliqués sans arrière-pensées. Ils n'ont rien de compromettant, n'ont rien à voir avec ces baisers sur la bouche que l'on peut observer ici ou là. Pas de lèvres collées, pas de contorsions pour croiser les nez, aucune ressemblance avec le baiser auquel Noémie a fait allusion. Ce n'est pas encore, maintenant et ici, l'heure de ce premier vrai baiser entre une fille et un garçon.
    
    D'ailleurs la jeune fille a promis, juré, de me laisser dans mon état d'ignorance originel :
    
    " Puceau tu es, puceau tu resteras"
    
    Rien à craindre de cette fille. Cette déclaration rassurante de la demoiselle me met à l'abri de la redoutable première fois. Cette première fois je ne l'ai pas recherchée et je n’ai pas tenté de la provoquer. Et soudain je me mets à rêver. Mon « premier baiser » vient de s'éloigner. Noémie n'a pas sa langue dans la poche ; ses questions sur mes expériences l'ont prouvé. Elle s’est assurée de mon inexpérience dans le domaine des contacts amoureux entre les filles et les garçons Pour obtenir une place dans un appartement qui lui convient, elle s’est condamnée à ne pas même m’embrasser. Qui rejette le plus petit rejette le plus grand. Pas de baiser signifie « tu resteras inexpérimenté. Elle me condamne à l’instant même où naît le désir d’être aimé et désiré que m’inspire son arrivée chez moi.
    
    Jamais je n’aurais eu l’audace de l’interroger comme elle l’a fait. Jamais je ...
    ... ne me serais permis de demander si elle avait déjà embrassé un garçon. Encore moins aurais-je voulu savoir si elle était pucelle. Le mot n’appartenait pas à mon vocabulaire. Jusqu’à ce jour l’idée de recevoir ce type de confidence intime m’était complètement étrangère. Elle m'a surpris et presque gêné en explorant aussi franchement mon passé. M'a-t-elle pris pour un arriéré ? Mon innocence l’a refroidie vraisemblablement.
    
    Je pourrais le regretter un jour. Car peut-être serait-il temps d'avoir l'envie et surtout l'audace de passer à l’acte. A mon âge je devrais être plus dégourdi. Or qui serait la plus indiquée des filles pour mener mon initiation que celle qui convoite de partager mon espace et une part de ma vie quotidienne. Noémie m’a à la fois inspiré le souhait d’évoluer et annoncé qu’elle ne serait pas mon initiatrice. Son baiser sur les joues m’a finalement désespéré autant qu’il m’a ravi. Tout à coup j’imagine que je pourrais prendre l’initiative puisque je n’ai rien promis en la matière.
    
    Quoique l'exercice puisse se révéler périlleux. A l'heure actuelle les femmes et les filles se sentent trop souvent agressées à la première tentative de rapprochement. Une parole maladroite ou mal interprétée peut vous classer au rang des satyres. Un baiser volé peut créer le scandale. On vous désigne comme harceleur obsédé, on vous dénonce publiquement, on vous livre à la vindicte populaire ! Voyez comme, des années après l'événement, ces « victimes » se réveillent en meutes ...
«1234»