1. Arrivée au restaurant


    Datte: 11/11/2021, Catégories: ffh, hplusag, jeunes, inconnu, Collègues / Travail Voyeur / Exhib / Nudisme noculotte, Auteur: ElodieParis

    Le téléphone sonna. Manon eut l’étrange sentiment qu’il s’agissait de ce qu’elle espérait le plus au monde. Elle avait parfois des étranges prémonitions. Un numéro masqué. Elle déglutit et hésita à répondre. Juste avant que l’appel ne passe en messagerie elle décrocha.
    
    — Manon ? C’était une voix de femme.
    — Oui, Bonjour
    — Bonjour, je suis Émilie, du Restaurant grill pas loin de chez vous. J’ai sous les yeux votre CV pour le poste d’hôtesse d’accueil. Seriez-vous disponible vers 16 h après le service, pour un entretien ?
    — Bien sûr, pas de soucis
    — Parfait, vous connaissez l’adresse, j’imagine.
    — Oui, bien sûr, je passe devant tous les jours
    — J’ai vu, c’est super. Alors je vous attends à 16 h. Demandez juste Émilie quand vous arrivez.
    — Merci, j’y serai.
    — À tout à l’heure, donc.
    — Oui, à tout à l’heure.
    
    Manon raccrocha et une espèce de cri venu du fond du cœur résonna dans toute la maison. Elle dévala l’escalier pour prévenir sa mère. Manon cherchait un job étudiant pour l’été, à côté de chez elle. Sa mère lui avait trouvé des postes de femme de ménage dans un hôtel ou de plonge dans un restaurant. Mais là, un job d’hôtesse d’accueil, c’était bien plus intéressant.
    
    Il était onze heures du matin et il lui restait cinq heures d’attente interminable. La panique commença à s’installer sur ce qu’elle allait porter. Elle dévalisa sa garde-robe pour finalement retenir une magnifique et toute simple robe noire parsemée de fleurs. C’était sa robe préférée, celle ...
    ... qu’elle ne porte que pour de grandes occasions. Et cet entretien en était une, elle le pressentait.
    
    Elle picora des radis pour déjeuner, car elle avait l’estomac noué. La peur de l’entretien et l’envie dévorante d’avoir ce job. Elle regarda sur YouTube des tutos sur les entretiens d’embauche. Plus elle en voyait, plus elle paniquait. Elle se renseigna à fond sur cette chaîne de restaurant, appris le menu par cœur et scruta les forums. À quinze heures, la tension était à son maximum. Le restaurant était à dix minutes à pieds, mais elle partit trente minutes avant.
    
    L’air lui fit le plus grand bien. Une fois arrivée devant, le restaurant lui parut énorme et le parking gigantesque. Comment allait-elle pouvoir gérer de son petit gabarit une centaine de gens et gamins affamés qui voudraient tous la plus belle table et manger au plus vite ? Elle paniquait déjà, imaginant une file de gens attendre dehors à devoir gérer.
    
    À seize heures pile, Manon poussa la porte. Elle était fermée. Son cœur battit à tout rompre. La lumière était baissée et il n’y avait pas âme qui vive. S’était-elle trompée de restaurant ? La panique la gagna. Elle fit le tour du restaurant au cas où elle doive passer par les cuisines. Là aussi, tout était fermé. Elle frappa à la porte. Rien ! De retour à l’entrée principale, elle retrouva toujours tout fermé. Elle fit ainsi trois fois le tour, frappant aux portes de plus en plus fort. Il était 16 h 15. Emportée par ses émotions Manon sentit les larmes lui ...
«1234...7»