1. Les malheurs de Sophie - Chapitre 12


    Datte: 10/11/2021, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byalexandredelafressange

    ... pas dit, mais il va partir d'ici une heure voir des amis, qui vivent à la Capitale. Tu vas le conduire à la gare de suite. Il reviendra demain soir. En attendant son retour, voilà ce que tu vas faire. Et au risque de me répéter, ne me déçois pas!
    
    Le jeune togolais étant parti, l'assistante du Directeur, respectant les ordres de celui-ci, se rend dans le plus simple appareil, vêtue uniquement de hauts talons et de ses « bijoux », en ce y compris le collier et la chaînette, chez Gillet. Dès que le sacristain, ayant entendu la sonnette, lui ouvre, elle récite ce que son supérieur lui a demandé : - Bonjour, Nicolas! Je ne vous dérange pas? Mon « mari » est absent jusqu'à demain soir. Aussi mon boss, M. Christophe, pense que je suis trop stupide pour rester seule. Accepteriez-vous de me garder cette nuit? Si vous acceptez, sachez que je ne manquerai pas de vous témoigner ma profonde reconnaissance...
    
    - Ton « conjoint »? s'esclaffe le bedeau : - Tu veux dire ta dernière queue en date, oui! Qui voudrait comme épouse d'une putain affichant autant de pines à son actif. Dis plutôt que si tu viens ici, c'est parce que tu as peur de te ne pas avoir ta ration de bite!
    
    Baissant les yeux, Sophie est invitée à rentrer illico et d'une claque sonore sur le postérieur, à se diriger vers le salon, ou plus précisément le canapé qui en occupe le centre.
    
    Cinq minutes plus tard, elle est déjà en action, montant et descendant sur la queue de Nicolas. Ce dernier, ayant éjaculé dans son ...
    ... vagin, l'oblige à passer dans le garage.
    
    L'air frais fait durcir ses tétons. Conviée à prendre place sur une couverture, elle est ensuite, pendant plus d'heure, fouettée à l'aide de la badine que Gillet, prétextant la nécessité d'éduquer Max, son nouveau chien, à emprunter à son ami Marcel.
    
    D'abord ses seins, puis ses fesses, ses cuisses et ensuite son sexe, sont marqués. Mais le plus pénible pour elle est d'endurer les coups de badine s'abattant sur la plante des pieds.
    
    Ayant prodigué une fellation au sacristain, « pour le remercier de sa bonté à son égard », elle est autorisée à se reposer dans la chambre de celui-ci, afin de se remettre de sa punition.
    
    Après une nuit quasiment blanche, où elle doit, sans discuter, se plier aux fantaisies du vieil homme pervers et à la laideur repoussante, elle est à nouveau emmenée dans la remise.
    
    Cette fois, il n'y a pas de plaid, mais une table basse, sur laquelle elle est invitée à se coucher sur le ventre, ses bras et ses pieds étant liés et surtout, bloqués, à l'aide de quatre larges bracelets de cuir. Un coussin a été placé sous ses hanches afin de surélever sa croupe.
    
    Nicolas constate la qualité de son travail :
    
    - Impeccable! Tes fesses sont bien mises en évidence, et ton anus et ta fente sont parfaitement visibles et accessibles. Pour ce qui va suivre, je pense qu'il vaut mieux t'empêcher de crier...
    
    Et ce faisant, il invite la fille à ouvrir la bouche, dans laquelle il place un gag, ce bâillon composé en son ...
«1...345...»