1. Marlène (chapitre 3)


    Datte: 10/09/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Vos histoires Auteur: M. Berthy

    Elle rentra à la maison. Il lui restait les ongles de ses mains à vernir. Elle n’avait pas eu le temps de le faire ce matin. Ensuite, elle réviserai ses positions devant le miroir, nue, encore et encore. Elle ne voulait pas faire la moindre erreur ce soir, pour lui prouver sa bonne volonté et sa motivation. 
    Mais en fait, dans quelle tenue allait-il lui faire passer ce test? Habillée normalement?
    En sous-vêtements? Toute nue? Un mail allait lui apporter la réponse. Elle le trouva dès son retour à la maison.
    
    « Pour ce soir  tu devras porter sous tes vêtements un maillot de sport du type que l’on utilise pour faire de l’aérobic ou de la Zumba. Moulant et couvrant des épaules aux chevilles. En une ou deux pièces, peu importe. La couleur n’a aucune importance non plus. Il ne servira qu’une ou deux fois. Tu dois bien te douter qu’à partir de samedi, si tu réussis le test, ce maillot sera totalement superflu.»
    
    Par chance, elle avait tenté de reprendre la danse il y a un an ou deux. Elle avait donc un maillot adéquat. Restait à remettre la main dessus, et surtout à l’enfiler. Pas simple quand le moindre contact avec le bas de son ventre et le moindre mouvement la faisait gémir, ou même crier.
    
    Elle était très ordonnée et ne mis pas cinq minutes pour le retrouver. Elle commença par répondre au mail. « Pas de problème. J’ai ça sous la main. À tout à l’heure. »
    
    Il était 14 heures 30. Elle avait du temps devant elle. Elle décida de prendre un déjeuner consistant. Elle ...
    ... avait faim maintenant, et elle pressentait qu’elle aurait besoin de forces pour la soirée qui l’attendait.
    
    Elle souffrait moins, à présent. Elle retira son slip et commença à appliquer, avec précaution, d’abord de la crème anti-inflammatoire, puis une couche de pommade adoucissante sur ses cuisses et ses petites lèvres, à l’intérieur comme à l’extérieur. Elles avaient un tout petit peu dégonflé mais gardaient toujours une vilaine couleur pourpre. Quant aux marques de ceinture, elles avaient pratiquement disparu. Elle en était certaine maintenant, samedi, elle ne porterai plus aucune trace visible. Elle voulut alors appliquer de la crème sur son clitoris mais il était encore tellement sensible qu’elle renonça après quelques secondes. Le seul fait de poser son index dessus lui avait arraché un hurlement.
    
    La véritable punition, cruelle torture psychologique s’il en était, serai l’impossibilité pour elle de se soulager de cette excitation intense, alors qu’à chaque minute, tout son esprit était tourné vers le sexe. Les caresses sur ses seins ne lui apportaient aucun réconfort. Il restait son anus mais elle s’était toujours défendue d’y toucher, et elle n’était pas du tout prête à cela pour l’instant. Une douche ou un bain glacé? Impossible avec ses plaies, ça aurait été trop douloureux.
    
    Elle était coincée, de nouveau. Pas vraiment de solution. Elle tenta de se changer les idées en s’appliquant à mettre son vernis à ongles, mais les mêmes images obscènes défilaient dans sa ...
«1234...12»