1. Claire


    Datte: 26/01/2018, Catégories: jeunes, alliance, grossexe, fépilée, intermast, Oral pénétratio, prememois, Auteur: Fawkes

    Ouf ! Enfin un peu de tranquillité. Ma mère et son nouveau mari sont sortis, ma demi-sœur ne devrait pas tarder de partir aussi pour rejoindre sa bande d’hurluberlus avec laquelle elle avait prévu de passer une soirée "mémorable". Ce n’est pas que je n’aime pas ma demi-sœur, bien au contraire, Claire est une très gentille (et jolie) fille, mais je ne supporte pas ses fréquentations. Quand elle est seule, ça va. Mais une fois réunis, ils sont insupportables. Ils ont tous entre 17 et 20 ans, Claire 18, mais si le physique n’était pas là, on les prendrait pour une bande de gamins de 10 ans.
    
    Je descends les escaliers pour aller à la cuisine me préparer un petit quelque chose à grignoter, perdu dans mes pensées, quand une voix m’interpelle.
    
    — Tu n’es pas sorti ?
    
    C’était Claire. Vêtue d’un simple t-shirt et d’un boxer, affalée sur le canapé, elle me regardait avec ses magnifiques yeux de biche. Elle n’était visiblement pas prête pour sortir. Je lui posais la question pour en avoir le cœur net.
    
    — Non, je t’avais dit que je ne bougerais pas ce soir. Mais toi, tu ne devais pas rejoindre ta bande de folles ?
    — Si, mais j’ai changé d’avis. En plus, Lisa s’est brouillée avec son mec, elle est énervée et n’a envie de voir personne. Ce serait moins drôle sans elle.
    
    Donc elle allait rester là. J’étais partagé entre la tristesse de ne pas être seul, et la joie de passer une soirée tranquillement avec Claire. Il faut avouer que depuis que je la connais, elle m’a toujours attiré. On ne se connaissait que de vue lorsque ma mère m’avait présenté son ami et sa fille – Claire. Moi qui espérais tant me rapprocher d’elle un jour, mon rêve fut à la fois comblé par ce mariage et détruit car elle devenait membre de la famille.
    
    — On va passer une soirée en tête-à-tête, alors. Ça ne te dérange pas ? lui demandai-je, tout en m’asseyant sur le bord du canapé, le seul qu’elle avait laissé libre.
    — Non bien sûr. J’allais regarder un film.
    — OK, je te laisse choisir.
    
    Elle se leva et se dirigea d’un pas léger, plein de grâce, vers l’incroyable pile de cassettes que son père et elle avaient collectionnée. Au bout d’un moment elle annonça à voix haute "Ah voilà !" et revint vers moi. Je l’observai s’agenouiller pour glisser la cassette et ne manquai pas de remarquer qu’elle ne portait pas de soutien-gorge.
    
    — Ah mince, il y en a déjà une, dit-elle d’une voix à peine audible.
    — Ce n’est pas moi, je les range toujours, répondis-je.
    — Voyons ce que c’est.
    
    Elle prit la télécommande et revint s’asseoir sur le canapé, un peu trop loin de moi à mon goût. Un appui surlecture, et un instant plus tard…
    
    — Mais c’est quoi ça !
    
    Elle avait dit ça d’un ton mi-énervé, mi-amusé. Je détournais les yeux de son beau visage pour voir ce que c’était, bien que ce ne fût pas nécessaire. En effet les gémissements et les mots crus ne laissaient pas de doute sur la nature du film.
    
    — Intéressant comme choix, dis-je amusé.
    — C’est sûrement à mon père, répondit-elle en ...
«1234»