1. La gérante de la galerie d'art (14)


    Datte: 25/01/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Docsevere

    Deux semaines plus tard il passe me prendre dans son bolide. Nous arrivons après presque une heure de route à un manoir charmant et qui a du cachet.
    
    Lorsque j’ôterai mon manteau son regard comme celui d’autres hommes s’éclairera.
    
    Je ne sais pas que cette tenue fait monter les enchères et que d’autres hommes se joindront à lui pour ravager la femme prétentieuse et sophistiquée que je suis.
    
    Mais je pense que le challenge attendra le milieu de la soirée car nous allons probablement boire du champagne et danser tout d’abord.
    
    Enfin, c’est ce que je crois… Je suis vraiment trop naïve.
    
    ° ° °
    
    Le soir convenu je suis venu la chercher à notre point de rendez-vous (le carrefour de deux rues à deux-cent mètres de chez elle.)
    
    Je suis étonné de ta tenue : classe, c’est sûr (ces robes noir et blanc sont très mode) mais plutôt classique. Évidemment la robe est assez courte, ses bas sont noirs (j’appendrai plus tard qu’elle a mis des collants-porte-jarretelle) et elle porte d’autres bottes (elle doit en avoir une sacrée collection), hautes et à talons pointus, bien brillantes et qui sentent tellement le cuir qu’on dirait qu’elles sont neuves.
    
    L’odeur forte de cuir de l’intérieur de ma Jaguar la saisit également et semble lui faire chaque fois le même effet : durant les cinquante minutes du trajet elle ne fait que croiser et décroiser les jambes… nervosité ? Sans doute : elle semble un peu stressée, ne sachant pas ce qui l’attend (elle essaie quelques questions discrètes, subtiles, tout en sachant qu’elle aura peu de réponses de toute façon) …mais excitation, émotion forte, très certainement : l’excitation titille les lèvres de sa chatte et je suis certain qu’elle mouille déjà et ce sont les picotements de ses muqueuses intimes qui provoquent chez elle ce besoin de frotter ses cuisses l’une contre l’autre.
    
    Par ailleurs, j’appendrai dans la soirée qu’elle a totalement épilé sa chatte, et jusqu’à la raie de ses fesses - ses deux orifices sont parfaitement glabres et accessibles, totalement disponibles.
    
    Elle est visiblement impressionnée par l’imposante demeure de notre hôte et organisateur de cette soirée : un petit château du XVIIIème siècle… Visiblement la richesse l’excite, cette salope !
    
    Mais elle va voir tout ce qu’on peut faire dans un tel lieu, du siècle du marquis de Sade ! Elle va le découvrir… mais progressivement.
    
    J’ai prévenu mes amis, leur ai dit qu’elle était impressionnable et qu’il fallait y aller crescendo avec elle. La soirée commencera donc sans doute de façon assez classique et civile.
    
    Dès que nous entrons, le décor, les chandeliers, les domestiques en livrée du siècle des Lumières font briller ses yeux. La tenue un peu extravagante de certaines personnes présentes l’ont fait ici sourire, là frissonner.
    
    Oui je l’ai vue sourire, les yeux attirés par cette chemise blanche à jabot, cette veste qui fait un peu théâtre. Mais ils se sont allumés en descendant sur cet homme en découvrant un pantalon de cuir et ...
«123»