1. Négociation


    Datte: 06/06/2021, Catégories: fh, inconnu, Collègues / Travail Voyeur / Exhib / Nudisme intermast, Oral pénétratio, occasion, Auteur: Perdita

    Je veux ce contrat ! Je veux ce client ! Au moment de sortir l’ascenseur, je ne pense qu’à ça. Je ne pense que motivation, enfin, je veux dire, je veux montrer ma motivation. Un homme grand et brun me tire de mes pensées.
    
    — Monsieur Ganymède ?
    — Oui, c’est moi.
    — Merci d’avoir fait le déplacement, veuillez me suivre.
    
    Nous traversons un open space, très éclairé, très moderne, avec coussins Fat Boy, coin cuisine et des cliquetis des claviers d’ordinateur. Pas d’autres sons que ce cliquetis d’ailleurs, l’épaisse moquette étouffe le bruit de nos pas. Les bureaux sont tous occupés et l’ambiance est effectivement très studieuse. Les écrans aux murs diffusent des slogans en grandes lettres « Le futur, c’est aujourd’hui », « Construisons l’avenir maintenant ». Au fond de l’open space, le grand brun me fait rentrer dans une salle de réunion aux murs vitrés. Avant de partir, il me désigne la machine à café.
    
    — Prenez un café, Madame Lempereur sera là dans quelques minutes.
    
    Je n’ai pas le temps de répondre qu’il a déjà fermé la porte. Déjà quatre cafés pris ce matin et il n’est pas encore midi, si j’en prends encore un autre, je ne vais plus me maîtriser.
    
    Après cinq minutes, la porte s’ouvre sur Madame Lempereur. J’avais déjà observé son profil et sa photo sur Viadea, et là je vais dire qu’elle est mieux en vrai. Petite, brune, queue de cheval, grosses lunettes noires, un sourire ravageur, une robe noire surmontée du foulard bleu autour du cou, des bottes grises, un ...
    ... dossier sous le bras.
    
    — Monsieur Ganymède, prenez place. Merci d’être venu.
    
    Elle s’assoit à l’autre bout de la table et ouvre son dossier.
    
    — Je n’irai pas quatre chemins, monsieur, votre offre est intéressante, on peut vous prendre 10 000 colis pour l’année prochaine…
    
    Un vent de bonheur souffle en moi. Sans même discuter, elle me propose un contrat à l’année. Tous ces efforts enfin couronnés…
    
    — … à un tarif de 150 euros pièce.
    
    Et là, coup de massue.
    
    — 150 euros ne correspondent même pas à mon coût variable.
    
    Oups, sous le coup du choc, j’ai parlé sans réfléchir.
    
    — Madame Lempereur, avec ce tarif, je ne pourrais même pas payer le salaire des employés. Je vous ai fait un tarif très intéressant à 300 euros et vous savez que c’est le plus compétitif du marché.
    
    Mon acheteuse lève ses yeux bleus de son dossier. Ils se posent sur moi durant quelques secondes. Quel regard ! Elle prend son stylo et note.
    
    — Au retour de l’appel d’offres, vous me proposiez un prix de 300 euros pour 1000 pièces. Je suis intéressé par votre produit et j’aurais pu être plus gourmande et demander 100 euros pour 10 000.
    
    Son stylo effleure ses lèvres, un éclair de gourmandise dans le regard. Estomaqué par la réponse ou plutôt sous l’emprise de son regard, je ne sais que répondre. Pendant quelques secondes, ses longs doigts fins et agiles jouent avec le stylo. Finalement, elle le pose sur la table, recule sa chaise, croise les jambes et les bras.
    
    — Je vais me contenter de 150 ...
«1234...8»