1. L'espionne


    Datte: 25/04/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Hardcore, Sexe Interracial Auteur: michelemimi

    C'est bien entendu une fiction pure
    
    Lorsque j'ai été capturée par les services de renseignements, je savais que j'étais perdue. Pendant le briefing avant la mission, ils m'avaient dit qu'il n'y avait aucune chance pour que notre pays reconnaisse mes activités. Personne ne savait que j'étais là. Personne ne s'en souciait.Pour m'humilier, ils m'avaient mis nue et j'étais enchaînée au mur.
    
    Je savais qu'ils allaient essayer de me faire avouer par tous les moyens. Nue, fatiguée de leurs questions répétitives, je croupissais dans cette cellule depuis plusieurs jours. Il venaient de jour comme de nuit pour m'interroger. Je manquais de sommeil et ne savais plus trop où j'en étais. Cette nuit là, ils étaient venus me chercher avec un nouveau tortionnaire.
    
    « Chienne de terroriste on t'jure que tu vas parler salope ! Tu vas avoir le droit au traitement spécial pour les putes de ton genre ! »
    
    Il m'avait injecté quelque chose dans le bras et je suis tombée dans une sorte de torpeur, toujours vaguement consciente mais incapable de réagir à tout ce qu'il se passait autour de moi. J’étais attachée sur une table, allongée sur le dos, les jambes largement écartées, totalement offerte et vulnérable, incapable de bouger.
    
    Ils s'en sont pris à mes seins et à mon sexe, soumettant mon vagin à des traitements que je n'avais jamais enduré jusqu'ici. Ma formation m'avait préparée à gérer la douleur mais pas à ces traitement sadiques. Ils m'ont électrocutée, giflée, humiliée, frappée, ...
    ... violée avec les objets les plus improbables. C'était insupportable, c'était sans fin, ils n'abusaient plus seulement de mon corps, mais il violaient mon esprit … Après un certain temps, et avant de perdre connaissance, sans m'en rendre compte, j'ai donné tous les détails de l'opération ...
    
    Maintenant qu'ils avaient eu ce qu'ils voulaient, j'étais confinée dans cette cellule glauque, simplement dérangée par les gardiens qui venaient régulièrement abuser de moi.
    
    Au bout de quelques semaines de ce traitement, je prenais curieusement presque une sorte de plaisir à me faire abuser ainsi. Même, je ne cachais plus mon son attirance pour les rapports sexuels sous la contrainte. J'appris aussi plus tard que les vidéos de mes torture et divers humiliations étaient largement diffusées sur la toile.
    
    Même si j'avais pris l'habitude d'être maltraitée, Je pris peur le jour où, lors d'une visite d'un de leurs grand chef, on me mis un sac de jute sur la tête et on me bloquât les bras. J'entendis alors des homme prononcer des paroles qui me firent frissonner de peur :
    
    « Vous pouvez tester la marchandise ! On l'a bien travaillé et elle se soumet à tout ! Une vrai chienne ! »
    
    Des grosses mains malaxèrent sans vergogne ma poitrine et d'autres fouillaient ma chatte et mon cul.
    
    Prestement retournée, je me retrouvais les fesses à la merci de mes bourreaux. Leurs mains s’abattirent fortement sur mes rondeurs. Je tentais de me débattre et leurs criais d'arrêter mais en vain. Je ne ...
«123»