1. La surprise sous le sapin (2)


    Datte: 07/04/2021, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Pygmalion

    Chères lectrices, chers lecteurs. Ce texte n’est pas la suite du précédent. C’est une réécriture de l’histoire courte La Surprise sous le sapin, pour ainsi dire une édition revue et augmentée, plus étoffée afin d’apparaître dans le flux des histoires classiques. Bonne lecture à toutes et tous.
    
    C’est au petit matin que j’ai été réveillée par un boucan assourdissant dans mon salon. Fatiguée par une nuit de travail avec mon père et une gueule de bois, je me levais péniblement et me traînais dans les escaliers. Une fois descendue, j’ai vu à mon grand étonnement un jeune homme quasi nu étalé près de mes bottes, cuissardes et escarpins alignés devant ma cheminée. À sa vue mon cœur n’a fait qu’un tour, subjuguée par sa beauté. Ça faisait une paye que je n’avais pas vu un mec aussi canon. Je me suis approchée doucement de ce bel inconnu et me suis penchée pour l’examiner de plus près. Un corps ferme et musclé malgré un ventre un poil rond, des yeux gris clair, une barbe naissante… je suis tombée sur le jackpot ! J’en salivais d’avance. Alors que je continuais de le mater allègrement Il s’est soudain éveillé et m’a dévisagé longuement. Tout en l’aidant à se lever, il déclara être arrivé chez moi par hasard et je me suis dit qu’il faisait très bien les choses. Fébrile, je lui attrapai les mains et l’entraînai sur le canapé. Profitant de l’occasion d’avoir un sublime éphèbe pour moi toute seule, je lui ai attaché les mains dans le dos tout en l’installant confortablement. Il a ...
    ... protesté un peu en m’expliquant qu’il était pressé et n’avait pas de temps à perdre mais ne se débattit pas beaucoup pour retirer ses liens. Pour le rassurer, je lui ai assuré que ça ne prendrait que quelques instants et s’est alors laissé complètement faire. Guidée par mon appétit je suis allée lui dévorer les lèvres avec entrain et excitation. Lentement j’ai déballé ce magnifique cadeau jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus que son joli nœud. Pour lancer les hostilités, j’ai commencé par marquer mon territoire sur son corps exempt de toute cicatrice. Du plat de mes mains j’ai fait rougir ses fesses blanches comme la neige, savourant chaque claquement. Encouragée par des gémissements qui montrait que je n’étais pas la seule à apprécier ce traitement, je continuais mes taquineries en chatouillant son membre du bout de ma langue. Il gigotait et tentait vainement de rapprocher son gland de plus en plus gonflé de ma bouche, j’ai ri de sa tentative désespérée et continué ma douce torture avec délice et excitation. De temps en temps je m’arrêtais pour le regarder et contempler sa détresse. L’envie se lisait dans ses yeux et son regard me suppliait de continuer. Je mis un terme à son supplice en salivant sur son sucre d’orge avant de l’engloutir avec gourmandise. Il ne lui a pas fallu longtemps avant d’être bien dressé et prêt à l’action. Je me suis alors mise à califourchon sur ses hanches et ai inséré sa bûche toute chaude dans mon foyer brûlant. Je me déchaînais sur lui en jouant des ...
«12»