1. Chaudes retrouvailles


    Datte: 06/04/2021, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Micky

    L'entreprise avait bien fait les choses. Karine se trouvait dans l'avion qui l'emmenait, elle et une demi douzaine d'épouses, vers la cité balnéaire où le petit groupe retrouverait les maris hélitreuillés un peu plus tôt de leur plate-forme pétrolière pour une chambre confortable permettant de retrouver une intimité abrégée depuis deux mois. Tel était le contrat que Kléber, le mari de Karine, avait signé un an plus tôt. L'entreprise offrait l'hébergement des couples séparés pour un peu moins de deux jours en échange d'une période de travail allongée au milieu de l'océan. Cette séparation et ces brèves retrouvailles constituaient le prix à payer pour un salaire confortable. Karine, qui avait maintenant dépassé les 40 ans, avait eu du mal à s'y faire, d'autant que l'éducation de ses deux enfants lui revenait désormais entièrement, tout en exerçant la profession d'architecte d'intérieur. Elle se consolait en se disant que le contrat n'était que de deux ans.
    
    A l'aéroport, elle avait retrouvé des femmes toutes plus jeunes qu'elle sauf une, Martine, qui frisait la soixantaine avec ses cheveux grisonnants. Toutes les deux s'étaient naturellement rapprochées et considérait en souriant les jeunes femmes tout excitées par le voyage et la perspective de retrouver leur cher petit mari. Martine avait glissé ce commentaire à l'oreille de Karine, une fois que leur complicité eut été avérée :
    
    - Visiblement, elles ont hâte d'aller à la bite. Moi aussi d'ailleurs.
    
    Karine avait souri ...
    ... sans faire de commentaire mais n'en pensait pas moins. La veille, elle avait eu une longue conversation avec Kléber au téléphone. Au loin, celui-ci ne cachait pas son inquiétude de laisser sa femme seule plusieurs semaines. C'est que Karine avait tout pour plaire aux hommes : un corps mince et élancé avec des seins ronds et fermes et une croupe bombée juste ce qu'il faut, une chevelure brune mi-longue assortie à ses yeux, des pommettes saillantes qui lui donnaient un air vaguement asiatique et qui attiraient irrésistiblement les regards. Dans la perspective de leurs retrouvailles, Kléber avait "chauffé" téléphoniquement Karine qui s'était prêtée à ce petit jeu sans trop se forcer. Car si elle ne risquait pas d'être trompée vu que son mari évoluait sans femme à proximité, ses hormones lui faisaient vivre à elle des nuits mouvementées qu'un gode avait bien du mal à assouvir.
    
    - J'espère que tu n'as pas tes règles, lui avait dit Kléber.
    
    - Non chéri, rassure-toi, c'est fait.
    
    - Attends-toi à être chahutée, j'ai la trique depuis deux jours.
    
    - N'en parle pas, je suis obligée de changer de culotte deux fois par jour.
    
    - Je vais te défoncer.
    
    - J'y compte bien. A moins de 20 cm de bite, je te fous à la porte de la chambre.
    
    - J'ai une envie folle de te lécher le petit trou.
    
    - Ok mais je veux ta queue après ta langue.
    
    - Tu as envie que je t'encule ?
    
    - Tu sais bien que j'adore ça. J'ai apporté du gel.
    
    - Dès que tu arrives, on baise. On ira manger après.
    
    - ...
«1234»