1. Mon Apocalypse à Moi 04


    Datte: 02/04/2021, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byDesonrage

    4
    
    L'odeur de pain grillé chatouillait mes narines. Je descendis, précédant Christelle. Farida finissait de poser une plaquette de beurre sur un petit plateau. Une nappe blanche coiffait la table, et le café était prêt. La petite avait fait ranger les matelas le long du mur , laver le sol et préparer un déjeuner copieux. Je m'assis, Christelle à ma droite, Farida à ma gauche, et maman en face. Priscilla vint se poser à droite de sa mère et Kévin à sa gauche. Le pain grillé était bon, le café juste fort ce qu'il faut et le pain de mie gouteux et chaud. Quand je cessais de manger, tout le monde arrêta rapidement. Maman se mit à la vaisselle, et les enfants au rangement. Je fis le tour du comptoir et me plaçais derrière maman. Je tirais un peu ses hanches épaisses, elle recula légèrement. Je plongeais la main dans la mousse, puis parcourais mon vit pour étaler du savon. Elle ne bougeait pas, appuyée des deux mains sur l'évier. Je me posais et entrais. Elle poussa un "ah" douloureux quand mon sexe prit place dans son cul, et ce cri initial laissa bientôt place à de sonores halètements au fur et à mesure que je martelais son fondement. Elle bascula un peu en avant et ses gros seins troublèrent la mousse blanche. Les sensations restaient les mêmes; j'avais l'impression d'enfiler un pot de crème tant c'était doux. Je larguais de long traits dans son cul et me retirais. Ma bite était propre, pas de tâche brune indésirable. Elle la suça spontanément et me l'a rangea bien propre, ...
    ... avant de reprendre la vaisselle avec un filet blanchâtre sur l'arrière de la cuisse.
    
    Dans la cinquième maison, sur douze dans la rue, je découvris une jeune fille terrifiée dans une cave. Je devais être inquiétant, avec mon masque de paintball car elle gémit de terreur en me voyant. Je relevais celui-ci et lui fit signe de mes mains ouvertes.
    
    Katia était moldave, originaire d'un pays si pourri que ses habitants fuyaient par milliers pour échapper à la misère. Katia, plutôt jolie, avait stupidement répondu à une annonce promettant un bon job de serveuse à Francfort. Après un petit séjour en Turquie pour l'apprentissage et l'assouplissement, elle se prostituait sous la coupe d'un gang albanais, et effectuait un tour de France des hôtels formule un quand les gens avaient commencé à se bouffer entre eux. Elle promit de n'avoir aucune maladie, et avoir toujours utilisé des condoms. C'était imposé par les proxénètes qui ne voulaient pas gâcher la marchandise. Elle n'eut aucune réticence à rester nue après sa douche. Je lui expliquais le fonctionnement de la maison, et elle n'y voyait pas d'inconvénient. Elle avait une grosse poitrine à l' équilibre quasi surnaturel, résultant d'une opération esthétique réalisée sur ordre de ses souteneurs, car elle avait de petits seins naturels, et les européens préfèrent les gros seins. Kévin allait pouvoir cesser de pratiquer l'inceste. Katia le suça après déjeuner, d'une façon un peu mécanique mais efficace, puisque d'un geste souple, elle ...
«123»