1. Un weekend bien chargé à décharger... (5)


    Datte: 22/02/2021, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: jjc

    Juste avant 21 heures, j’ai entendu sonner à la porte et, quelques instants plus tard, Aanja criait "j’y vais"! Je suis passé dans le salon pour prendre mon portefeuille et je l’ai vue qui revenait, les bras chargés, vers la cuisine. Évidemment, son tablier couvrait à peine son côté face et rien de son côté pile, comme le livreur pouvait en juger, les yeux ronds qui semblaient vouloir sortir de leur orbite. Là-dessus, j’ai vu Belinda courir vers la porte d’entrée en tenant deux billets en main. Comme j’avais promis de payer, je l’ai suivie pour honorer ma promesse, sans plus penser que j’étais à poil. En arrivant dans le hall d’entrée, j’ai vu le malheureux livreur bouche bée devant la belle black qui se débattait pour récupérer sa serviette de bain qui venait "accidentellement" de tomber à terre. Aanja essayait de l’aider mais réussissait surtout à montrer son cul et son entrejambe. Nu comme un ver, j’ai tendu l’argent au jeune homme en lui disant de garder la monnaie et en le poussant vers la sortie, expliquant "excusez-les, elles sont très taquines...".
    
    Celui-ci me regarda de haut en bas et me dévisagea "Vous semblez mieux prédisposé que moi pour apprécier leur tempérament, je vous souhaite une excellente soirée". Une fois la porte fermée, j’ai commencé à sermonner les deux gonzesses "hé les filles, franchement, le pauvre gamin, qu’est-ce qu’il va raconter maintenant... ils me connaissent dans cette brasserie quand même !" mais elles étaient l’une sur l’autre à même le sol et mouraient de rire, fières de leur petite mise en scène. Quant à moi, je me demandais si le petit livreur n’allait pas trouver un prétexte quelconque pour repasser plus tard dans la soirée. Après tout, je lui avais laissé un pourboire de près de 20€...
    
    Peu avant de passer à table ; j’avais dressé les plateaux, dressé la table, mis de la glace dans un seau pour le champagne, disposé quelques chandelles... ; Aanja s’exclama " On ne va quand même pas faire banquet à poil ?!". Cela ne me semblait pas une si mauvaise idée pourtant, mais si elle voulait pimenter notre repas, pourquoi pas ?! Belinda sembla accorder un peu d’attention à cette requête un brin brutale et l’invita à passer dans sa chambre pour y choisir quelques vêtements adéquats... J’ai continué à mettre la table, me disant que les fruits de mer méritaient aussi un peu d’attention.
    
    Alors que j’allumais les bougies, les deux gazelles ont fait leur apparition ! Belinda était "vêtue" de harnais en cuir rouge qui rehaussaient sa poitrine, ses hanches, son sexe, et de hautes bottes toujours en cuir rouge qui la propulsaient 10 centimètres plus haut que sa taille normale. Cette vision me laissa pantois, au point que j’ai failli me brûler avec l’allumette qui devait servir à allumer la dernière bougie. J’avais rarement vu une femme noire aussi belle avec si peu de "vêtements". Je précise ici, pour les connaisseurs, "noire" car le cuir rouge est pour moi un "must" pour ce genre de peau. Mais aussi la dentelle, le ...
«123»