1. Jamais deux sans trois


    Datte: 21/02/2021, Catégories: Hardcore, Lesbienne Partouze / Groupe Auteur: pageblanche

    Je ne sortais pas depuis longtemps avec Mathilde lorsqu’elle m’a avoué, un soir, qu’elle couchait avec sa meilleure amie, Hélène.
    
    Ça m’a scotché. J’ai failli avaler mon whisky de travers.
    
    J’avais croisé Hélène à deux reprises : une fois à l’inauguration d’une exposition, une autre fois chez Mathilde, un soir où j’étais passé chez elle à l’improviste. C’était une assez jolie blondinette aux cheveux courts, mince et souriante. Au contraire, Mathilde était brune à cheveux longs et elle avait d’assez belles formes.
    
    Nous étions chez elle ce soir-là. Dans son salon.
    
    Je lui ai dit :
    
    « Vous le faites depuis longtemps ? »
    
    Mathilde a baissé les yeux dans un petit rictus :
    
    « Depuis l’été dernier. »
    
    « Mais elle était encore avec son mec, l’été dernier, non ? »
    
    « Oui. »
    
    « Et il était au courant ? »
    
    « C’est à cause de cette relation qu’il l’a quittée. Je détestais ce mec et il ne m’aimait pas beaucoup non plus. Il n’a pas supporté d’apprendre que sa nana couchait régulièrement avec moi, dans son dos. »
    
    « Je n’en reviens pas, dis-je. »
    
    « Je comprendrais que tu ne le supportes pas, dit Mathilde. »
    
    Je n’ai rien dit. J’avais des images en tête : Mathilde et Hélène à poil en train de baiser.
    
    J’ai répondu :
    
    « Je préfère apprendre ça plutôt que tu me dises que tu as une relation avec un autre mec. »
    
    Elle a hoché la tête en souriant :
    
    « Oui, je suppose. »
    
    « Vous le faites souvent ? »
    
    « Une fois par semaine. Parfois deux. »
    
    « Vous le faites où ? »
    
    « Ça dépend. Chez elle ou ici. »
    
    J’ai pris une gorgée de whisky.
    
    « La fois où je suis passé te voir à l’improviste, vous… »
    
    « On venait de le faire, me coupa Mathilde. »
    
    Je me suis marré nerveusement.
    
    « Merde, je suis arrivé trop tard alors… »
    
    Mathilde a souri :
    
    « Je ne t’aurais pas ouvert la porte si on avait été en train de baiser. »
    
    « C’est vrai ? Tu ne m’aurais pas laissé en profiter ? »
    
    « Pourquoi ? Hélène te plait ? »
    
    « Je la trouve jolie et très sympa. Mais maintenant que je sais que vous baisez ensemble, je la vois différemment. »
    
    « Tu la vois comment ? »
    
    « A ton avis… dis-je. »
    
    Elle prit une gorgée de kir et me demanda :
    
    « Et moi, tu me vois différemment ? »
    
    « Evidemment. »
    
    « Mais tu veux toujours de moi, ou bien ? »
    
    J’ai vidé mon verre cul sec et me suis resservi avant de répondre :
    
    « Tu me plais. On discute bien et j’aime baiser avec toi. »
    
    « Moi aussi, mais tu penses pouvoir supporter de savoir que je couche avec ma meilleure amie quand tu n’es pas là ? »
    
    « Je n’en sais rien, je suis encore sous l’effet de la surprise… Je te le dirai demain, selon les rêves que j’aurais fait. Ou après-demain… »
    
    Elle ne souriait plus, elle buvait sans me quitter des yeux.
    
    « Hélène t’apprécie également, dit-elle. »
    
    « Cool ! répondis-je. »
    
    « Et on a déjà évoqué la possibilité de le faire à trois. »
    
    « Tu es sérieuse ? »
    
    Elle a hoché la tête et dit :
    
    « Oui. »
    
    « Putain… dis-je. »
    
    « Ça ...
«123»