1. Douce Lola (2)


    Datte: 20/02/2021, Catégories: Hétéro Auteur: SYL30

    — Ne t’inquiète pas, je sais très bien me défendre toute seule, j’ai quelques années de karaté et, je vais te surprendre, j’ai fait un peu de boxe poings pieds. Mais (sur un ton légèrement moqueur) tu es là pour me protéger et aujourd’hui j’ai envie d’être à l’aise que cela te plaise ou non.
    
    — Ah bon, tu as fait de la boxe ? Mais ce n’est quand même pas une raison pour sortir comme cela.
    
    Puis sur un ton autoritaire et menaçant, elle ajoute :
    
    — Suffisamment pour savoir me défendre. Et si tu veux que j’en mette un, tu en mets un aussi comme ça tu sauras ce que c’est de supporter un soutif par cette chaleur.
    
    Alors, elle se lève énergiquement et revient avec deux soutiens-gorge qu’elle agite devant mon nez en riant.
    
    — A toi de choisir.
    
    Pourtant et bien que son comportement a provoqué un début d’érection.
    
    — Non, mais t’es vraiment pas bien toi, j’aurais l’air de quoi avec ça, franchement !
    
    Alors en sautillant comme une petite fille désirant un cadeau.
    
    .- Allez ! Personne d’autre que nous ne le saura. Allez dit moi oui.:! On va rigoler, ça sera notre petit secret. Et en plus si tu dis oui, je te promets que tu ne le regretteras pas.
    
    Je sais très bien que quand elle fait ce genre de promesse, elle la tient. De plus, quand elle fait la petite fille capricieuse, je craque. Alors j’accepte, mais pas rassuré tout.
    
    — Alors lequel tu prends ?
    
    — Bin je n’en sais rien moi. Choisis, toi.
    
    — AH non ! C’est plus rigolo si c’est toi.
    
    — Bon bin, le blanc.
    
    — AH ! Petite coquine, bon choix.
    
    — Si tu pouvais ne pas me parler au féminin, ce serait gentil.
    
    — Mais surtout pas ! Ce serait génial que tu sois ma copine... Ma copine... Heu... Delphine.
    
    La connaissant, je renonçais à protester, mais je dois bien avouer que son petit jeu commençait à me plaire, un début d’érection le témoignait, elle ne sembla pas s’en apercevoir.
    
    — Alors, tu veux bien être ma petite copine Delphine ?
    
    Pour en finir avec ça, je finis par lui dire.
    
    — Bon bon d’accord, mais sois discrète devant les gens, s’il te plaît.
    
    — T’inquiète pas, tu me connais.
    
    — Oui justement.
    
    Pendant ce temps, je me choisis une chemise ample pour être certain qu’il ne se voit pas. Elle jubilait, elle était tellement contente. Une fois en ville, j’avais l’impression que tout le monde me regardait. Elle était joyeuse et semblait ravie. Par moments, elle m’amenait dans une ruelle isolée et m’embrassait avec fougue en me caressant sous le soutien-gorge et j’aimais vraiment cela, je m’abandonnais à elle. Bien sûr, nous avons fait les boutiques de fringues où elle me charriait et en désignant une petite robe.
    
    — Tu la trouves jolie celle-là ?
    
    — Oui, elle n’est pas mal.
    
    — Alors, achète-la.
    
    — Ah non ! Arrête avec ça.
    
    — Mais pas pour toi, ‘faut pas rêver quand même. Pour me l’offrir.
    
    — Bien entendu, si tu veux (un peu gêné de mon malentendu).
    
    — Elle prend deux tailles et entre dans la cabine d’essayage. Elle en ressort, s’admire dans le ...
«123»