1. Comment je me suis fait lécher le cul par ma coloc


    Datte: 30/01/2021, Catégories: ff, jeunes, fsoumise, fdomine, humilié(e), Masturbation Oral coprolalie, fsoumisaf, Auteur: Luc Helce

    Je m’appelle Nathalie, je suis étudiante et j’ai pris un appart avec une fille : Charlotte. Étudiante en langues comme moi, elle cherchait une coloc, on a sympathisé et une semaine plus tard, j’emménageai chez elle.
    
    Elle était vraiment cool, cette nana. Comme moi, jolie fille, elle aimait bien sortir et faire la fête. Rapidement, je lui fis intégrer mon cercle d’amis, puis elle est sortie avec Gilles. Gilles, c’est un super copain. Je ne suis jamais sortie avec lui, mais on s’est toujours vachement bien entendu. À l’appart, on avait posé des règles et il n’était pas question qu’un mec emménage chez nous, mais on ne s’interdisait pas une partie de jambes en l’air. De ce fait, je voyais souvent Gilles.
    
    Notre complicité était telle qu’un soir, en le titillant un peu (et après quelques verres), il me lâchait les détails les plus croustillants de sa relation avec Charlotte. C’est comme ça que j’ai appris qu’elle lui léchait le cul. J’étais pliée de rire en apprenant ça. Gilles m’expliqua qu’elle prenait un pied terrible (lui aussi, du coup). En général, elle le branlait pendant qu’elle lui broutait le trou du cul jusqu’à ce qu’il jouisse. Ça lui faisait bizarre de jouir comme ça. Tu m’étonnes ! Mais apparemment, Charlotte aimait tellement ça qu’ils n’avaient jamais fait autrement. Même si il appréciait ce « truc », il n’envisageait pas de rester avec elle encore longtemps, il avait besoin de varier les plaisirs.
    
    Après cette révélation, je n’ai jamais pu voir Charlotte ...
    ... comme avant. C’est marrant comme le regard qu’on a sur une personne change dès qu’on connaît un truc comme ça sur elle. C’était toujours la même évidemment, mais je n’arrêtais pas de l’imaginer à quatre pattes comme une sale chienne, en train de nettoyer le cul de Gilles. Dans les jours qui ont suivi, je me rendis compte que cette image me trottait sans arrêt dans la tête et que j’adorais l’imaginer lécher le cul de tous les mecs que je connaissais. Un soir, je me suis caressée avec cette image puis j’ai fini par jouir en l’imaginant me lécher le cul à moi. Dès lors, je pris la décision de me faire lécher le trou du cul par cette salope.
    
    Dès le lendemain, je mis mon plan au point et je contactai Gilles. En général le lundi matin, on n’avait pas cours, on traînait toutes les deux dans l’appart, tranquille. C’est à ce moment-là que je tenterai le coup. Je passais tout le week-end à fantasmer sur elle. C’est tout con, mais je prenais un pied de malade juste en discutant avec elle comme si de rien n’était, en me disant qu’elle ne le savait pas encore, mais qu’elle finirait par se mettre à quatre pattes derrière moi pour me lécher le petit trou, comme une chienne.
    
    Enfin, lundi arriva. J’étais vachement excitée, mais aussi un peu stressée, mais je tachais de n’en rien laisser paraître. Je me levai la première et pris mon petit-déjeuner en culotte et tee-shirt. Quand elle s’est levée, en petite tenue elle aussi, elle est allée se servir un café. Puis est venue me rejoindre sur le ...
«1234»