1. Incertitudes hivernales (13)


    Datte: 13/01/2021, Catégories: Hétéro Auteur: fantaflo

    Je me sens ainsi très léger ce vendredi matin au travail. A midi, j’appelle Maryline :
    
    — C’est toujours bon pour demain ?
    
    — C’est étrange, mais je n’ai pas trouvé de mec depuis notre coup de fil. Alors oui, c’est toujours bon.
    
    Je ris.
    
    — Tu viens à quelle heure ?
    
    — Bah, je ne sais pas, 18h-19h, à toi de me dire.
    
    — Tu arrives à être chez moi à 9h ?
    
    — 21h donc ?
    
    — Non. 9h du matin.
    
    Un blanc.
    
    — Tu veux que je vienne à 9h du matin ?
    
    — Oui, on descend en ville prendre le petit-déjeuner, on se balade, on fait les touristes.
    
    — T’es fou, mais à 9h, je serai chez toi.
    
    Le lendemain matin, Maryline arrive pile à l’heure. Elle a remis sa jupe en jeans et porte un pullover avec un col en V décolleté. Nous nous faisons un smack en guise de bise et nous nous enlaçons.
    
    — Tu es très belle, Maryline. J’aime cette tenue.
    
    — Merci, t’es chou...
    
    — Tu veux boire quelque chose ou on y va directement ?
    
    — On y va.
    
    Maryline passe aux toilettes puis nous partons. J’emmène Maryline dans un agréable café où nous déjeunons tranquillement, mais sans nous attarder. De là, nous partons à pied, parcourons la Vieille-Ville où Maryline n’est jamais venue. Elle me tient par le bras et semble heureuse. Je l’emmène sur le toit où Cathy et moi étions venus quelques semaines plus tôt. Le ciel est clair et la vue est magnifique. Alors qu’elle regarde au loin, je viens derrière elle et l’enlace.
    
    — Merci d’avoir pu venir si tôt. Je suis ravi de passer cette journée avec toi.
    
    Elle prend mes bras et les serre contre elle. Quand nous redescendons, je la prends par la main.
    
    Nous arrivons ensuite dans une rue marchande et flânons devant les vitrines. Maryline accroche sur une jolie robe trapèze noire. Je lui dis :
    
    — Tu veux l’essayer ?
    
    — Je peux ?
    
    — Bien entendu.
    
    Nous entrons dans la boutique. La vendeuse est agréable et amène la robe dans la taille de Maryline. Elle lui propose deux autres robes et lui prodiguent plusieurs conseils quant aux types de robes à porter pour sa morphologie. La robe de la vitrine lui va à merveilles et la vendeuse la couvre de compliment. Suivant les conseils de la vendeuse, je trouve une robe chemise bleue claire, comme les yeux de Maryline. Je lui amène. La vendeuse dit :
    
    — Bravo, je n’avais pas penser à celle-ci.
    
    Simple, mais Maryline est craquante dedans et il ne fait aucun doute qu’elle lui plaît beaucoup. Elle essaye encore les deux robes que la vendeuse lui a amené. La première ne lui plaît pas. La seconde est une robe portefeuille verte foncée. Les pans de la robe croisent entre la poitrine sous laquelle la robe se ferme par un nœud. Le bas est fluide. Ses seins semblent moulés dans le tissu et se dressent fièrement. J’adore et Maryline le remarque. Sentant que nous devons choisir, la vendeuse nous laisse dans la cabine.
    
    — Alors ?
    
    — J’adore la noir. Celle que tu as proposé aussi. Et celle-ci... Je ne me suis jamais sentie aussi bien dans une robe. Le tissu est tellement ...
«1234»