1. En vacances chez ma tante (2)


    Datte: 13/01/2021, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: bloomberg

    ... rejoindre ma tante pour l’aider à installer le couvert sur la table.
    
    Mon oncle et mon cousin arrivèrent rapidement. Ils avaient l’air contrarié : en effet, une moissonneuse batteuse avait eu un ennui mécanique. Cela prendrait beaucoup de temps à réparer et retarderait d’autant la récolte. Pourtant, le blé ne pouvait pas attendre, le taux d’humidité des grains était idéal ces jours-ci. Décaler la moisson, c’était prendre le risque de subir un changement de temps et une qualité moindre signifiait obligatoirement une perte d’argent conséquente. Décision fut prise finir la parcelle en cours coûte que coûte, quitte à moissonner toute la nuit s’il le fallait.
    
    Mon oncle et mon cousin engloutirent donc leur repas en peu de temps et repartirent aussitôt. Je finis donc le repas en tête à tête avec ma tante. J’eus l’occasion de reluquer son beau décolleté et d’essayer de deviner si elle portait une culotte aujourd’hui. Ces pensées m’excitèrent au plus haut point et je profitais d’aider à débarrasser la table et laver la vaisselle pour provoquer les contacts. Je me laissais frôler par son bras, sa poitrine au détour d’un mouvement. Ma tante n’évitait pas ces effleurements bien au contraire, j’avais l’impression qu’elle me tournait autour. Mais, que vis-je ? Était-ce un téton qui pointait au travers du tissu de sa robe ? Ma tante se détourna quand elle vit mon regard fixé sur sa poitrine. Elle sembla rougir et bredouilla :
    
    — Euh, je vais aller passer l’aspirateur à l’étage, tu veux bien finir d’essuyer la vaisselle s’il te plaît ?
    
    — Oui bien sûr répondis-je, un sourire malicieux aux lèvres.
    
    Mes tentatives de flirt ne semblaient pas laisser ma tante indifférente. Je sentais une femme mûre émoustillée par la vitalité d’un jeune homme. Par contre, je n’arrivais pas à cerner précisément son état d’esprit, se mettait-elle des barrières ou se permettait-elle de fantasmer dans son for intérieur ?
    
    Tout à coup, l’aspirateur s’arrêta, et sa voix retentit depuis l’étage :
    
    — Tu peux venir s’il te plaît ?
    
    — J’arrive ! répondis-je, en commençant à monter les escaliers.
    
    Je me demandais pourquoi ma tante m’appelait quand une pensée ma glaça le sang : la revue ! Elle avait dû tomber dessus.
    
    Arrivé devant la porte de ma chambre, je passais une tête timidement comme si je craignais de prendre un coup. Ce que je vis me confirma le pire : ma tante tenait le magazine cochon entre les mains et me lançait un regard noir.
    
    Tu veux bien m’expliquer ce que ÇA fait ici ? hurla-t-elle.
    
    J’eus droit à un sermon d’anthologie dont je me souviens encore des paroles exactes. Elle était en colère que j’ai introduit un objet de vice dans sa maison, qu’elle ne comprenait pas pourquoi j’étais intéressé par ce genre de choses vulgaires avec des filles artificiellement aguicheuses et soumises aux désirs masculins, elle me traita d’inconscient, que si mon petit cousin tombait dessus, ça pouvait être dramatique.
    
    Je n’en menais pas large. Je regardais mes pieds, ...