1. En vacances chez ma tante (2)


    Datte: 13/01/2021, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: bloomberg

    ... ne dura que quelques secondes, mais fut un vrai bonheur pour mes yeux !
    
    Je repris rapidement mes esprits car je ne pouvais pas rester là. Elle aurait pu distinguer une ombre suspecte à travers le trou de la serrure. De toute manière elle commençait à se sécher avec sa serviette et allait sortir d’un moment à l’autre. Je redescendais aussitôt m’asseoir à la table de la cuisine comme si de rien n’était.
    
    J’avalais vite quelque chose et je décidais d’aller me promener à la rivière.
    
    Ma tante étant toujours à l’étage, je lui criais :
    
    — Je sors faire un tour.
    
    — Sois rentré pour le déjeuner !
    
    — D’accord, à tout-à-l’heure.
    
    Je sortis de la maison et me dirigeais aussitôt vers la rivière. C’était un endroit paisible entourée de bois et de prés où nous allions avec mes cousins quand nous étions petits. J’appréciai sa tranquillité et aussi la discrétion qu’offrait la végétation touffue à cette période de l’année.
    
    Mes projets étaient de me promener dans la nature, puis d’aller m’isoler dans un coin à l’abri des regards et de me donner du plaisir en pensant à ma tante, les images du matin encore à l’esprit. Je trouvais vite l’endroit recherché. En remontant le long d’une berge escarpée de la rivière, au travers de sous-bois épais, se cachait la « grotte ». C’était un trou dans la roche qui avait souvent servi de repaire des pirates pour mes jeux d’enfant avec mes cousins. Je commençais à ausculter les lieux et j’aperçus un magazine oublié là par on ne sait quel jeune ou marginal de passage.
    
    Les premières pages ne laissaient aucun doute : il s’agissait d’une revue porno garnies de photos de femmes à forte poitrine. Je n’appréciais pas les faux seins : trop gonflés, l’air trop artificiel. Je préférais nettement les pages montrant une femme mûre qui dévoilait progressivement ses généreux nichons. Elle avait l’air de m’inviter à me blottir entre ces deux moelleux coussins. Plus loin elle prenait des poses suggestives sans être vulgaires et montrait encore plus son intimité. Je n’avais qu’une envie : pénétrer cette vulve accueillante et pétrir de mes mains ces melons généreux.
    
    N’y tenant plus, je sortais mon membre dressé de mon short et entrepris de m’astiquer devant cette dame charmante qui s’exhibait sur papier glacé. À bout que quelques secondes, des bruits dans les fourrés me stoppèrent dans mon élan. Il ne devait s’agir que d’un animal inoffensif, mais la peur d’être surpris par un promeneur me fit ranger mon engin. Je décidais donc de garder la revue et de retourner à la ferme. De toute façon, c’était bientôt l’heure du repas. Je trouverais bien là-bas un moment tranquille pour profiter des trésors de ce magazine. Arrivé à la maison, je camouflais la revue sous mon T-shirt et, en évitant de croiser le regard de ma tante qui finissait de préparer le déjeuner dans la cuisine, je grimpais rapidement dans ma chambre à la recherche d’une bonne cachette. L’espace sous le lit fera l’affaire. Ensuite, je descendis rapidement à la cuisine ...