1. LA BOITE DE NUIT


    Datte: 29/12/2020, Catégories: Lesbienne Partouze / Groupe Auteur: doucecomplice1

    — Hé, viens voir !
    
    Je me retourne vers Charline. Elle vient d’arriver, elle est passée me prendre pour qu’on sorte en boîte. C’est notre tradition, le vendredi soir et le samedi soir, de nous retrouver et de passer la soirée ensemble. Ça fait 12 ans qu’on se connaît, on a le même âge, 22 ans toutes les deux, et je suis plus proche d’elle que je ne l’ai jamais été de personne. Une relation qui s’est construite au fil du temps. Je sais que je compte beaucoup pour elle, elle est aussi tout pour moi et je prendrais très mal de ne plus la voir.
    
    Pendant que je finis de me coiffer, elle s’est assise au bord du lit. Elle a descendu le pantalon de vinyle ultra-moulant qu’elle porte, qui souligne ses longues jambes, il s’est arrêté à hauteur de ses bottes noires luisantes à talons aiguille. Dessous, elle a un string noir qu’elle a tiré à mi-cuisses. Elle s’ouvre avec deux doigts, me laissant voir son intérieur rose et aussi le clitoris en haut de son sexe, bouton rose qui sort de son capuchon.
    
    — Viens me lécher avant qu’on sorte, j’ai envie de sexe depuis ce matin. Il n’y a que toi qui puisses me faire du bien.
    
    Ce qu’elle dit est vrai. Nous nous faisons mutuellement beaucoup de bien, et très souvent, et notre force, c’est que nous connaissons le corps de l’autre par cœur, nous le retrouvons avec un bonheur intense, et nous savons quelles ficelles tirer pour lui donner du plaisir.
    
    Je me lève. Je ne suis pas encore habillée, j’ai juste mon soutien-gorge sur moi. Je sens mon sexe s’ouvrir, mes sécrétions couler. Entre nous, c’est toujours aussi intense. Le désir à son maximum et toujours la certitude d’un plaisir intense. Je plonge sur elle, ma langue venant sur ses muqueuses. Elle gémit. Je tourne sur ses lèvres, remonte sur son clitoris. Je fiche deux doigts en elle, je l’ouvre, et j’enfonce ma langue aussi loin que je peux sur les parois interne de son sexe.
    
    — Tu es une belle salope…Tu sais toujours me faire jouir…, me dit-elle entre deux gémissements.
    
    — C’est bien que tu voulais non ? je lui réponds entre deux coups de langue.
    
    Ma bouche se remplit du goût amer des sécrétions qui coulent d’elle plus abondantes. J’adore la boire, je pourrais la laper toute la journée. Une de mes mains a glissé jusqu’à mon sexe, et je me frotte, mon sexe aussi dilaté que le sien. Je sens quelque chose monter dans mon ventre, qui ressemble à un orgasme.
    
    Je glisse deux doigts dans son sexe. Ça fait des bruits visqueux, qui hors-contexte sont sans doute répugnants, mais dans ce contexte sont tout à fait excitants. Je me mets à bouger en elle. C’est une sorte de pénis rudimentaire, mais il faut croire efficace, car elle souffle de plus en plus fort, gémit de plus en plus fort, et finit par avoir un premier orgasme, son corps se tendant, suivi par un autre, alors que mes doigts bougent de plus en plus rapidement, puis encore un autre. Au dernier elle m’éclabousse d’un jet puissant de sécrétions. Je jouis moi aussi, mes doigts crispés sur mon ...
«1234...»