1. La plus haute marche du podium


    Datte: 21/11/2020, Catégories: fh, cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme nonéro, Auteur: Sofie

    Ecrasée par sa musculature, je gémis et regarde tout son corps s’activer, ses muscles se contracter puis se relâcher dans une mécanique parfaite et bien huilée. Discrètement, je détourne la tête vers le réveil trônant sur la table de chevet. Il me fait l’amour depuis plus d’une heure un quart. Encore une bonne demi-heure jusqu’au sprint final. Bien heureusement, on ne s’attarde pas trop sur les préliminaires car les journées ne font que 24 heures. De temps à autre, je gémis ou lâche un cri distinct des autres.
    
    Ce n’est pas que de la simulation, attention. Non, le plaisir est bien là, un plaisir intense qui s’étend tout au long du rapport. Mon chéri est aussi un très bon amant qui ne m’a jamais bâclée. C’est son caractère, toujours à fond dans ce qu’il fait, un perfectionniste, un combattant qui ne fait jamais les choses à moitié. Il n’est pas champion du monde pour rien. J’ai épousé un sportif dans la vie publique et aussi dans la sphère privée. Au risque de faire un mauvais jeu de mots, nous avons connu comme tous les couples quelques épreuves, mais nous nous sommes à chaque fois retrouvés encore plus forts dans l’adversité. Oui, je l’avoue, à force de vivre avec un sportif, je communique comme lui.
    
    Mes jambes reposent sur ses larges épaules, et il fait le reste. Je regarde avec délectation ses pectoraux, sa peau prend une teinte encore plus excitante avec les perles de sueurs qui commencent à poindre sur lui. Néanmoins, je ne m’en fais pas, je sais pertinemment qu’il ne va pas ralentir sa cadence, qu’il tiendra le rythme. Il est si craquant quand il me fait l’amour. Son visage est concentré sur l’effort, rien ne peut le perturber. Je peux lire dans ses yeux une lueur d’intensité, une rage passive. De ses cheveux ras coule une perle de sueur passant délicieusement sur sa tempe de manière très sensuelle. Je la regarde glisser.
    
    Mon athlète accélère, son endurance est mise à l’épreuve, et dans ce cas il refuse de se laisser abattre ; bien au contraire, je sens ses doigts se crisper encore plus fort sur ma peau. Son souffle si maîtrisé commence à devenir plus irrégulier. D’avance, je me mords la lèvre, je savoure d’ores et déjà le plaisir et la scène qui va suivre. Tout va plus vite, plus fort. Ses cuisses s’agitent, ses abdos se plient et se déplient pour mon plus grand bonheur. Moi qui suis amateur d’art, je ne peux que craquer devant un tel spectacle de l’anatomie humaine. Je vois tous ses muscles interagir, ils sont parfaitement dessinés, c’est un plaisir des yeux autant qu’un plaisir intérieur.
    
    Après les yeux, c’est au tour de l’ouïe d’être comblée, le lit commence à grincer, j’adore ce bruit, signe d’intensité, de fougue. Mes gémissements se font plus rapprochés, combinés maintenant avec ceux de mon partenaire.
    
    Il va-et-vient en moi, je m’enfonce dans le matelas à chacun de ses coups de reins. Je passe rapidement ma main sur son buste, je perçois les battements de son cœur. La cadence est rapide, il est en plein effort. Je vois ...
«1234»