1. Trixie – chap 6 – Un patron exigeant


    Datte: 19/11/2020, Catégories: Anal Voyeur / Exhib / Nudisme Sexe Interracial Auteur: Bea-Trixie

    Lorsque mon mari revint d'un de ses séminaires qui lui permettaient de s'éclipser de la maison trois jours durant, il m'annonça qu'il avait invité son responsable à déjeuner dimanche à midi. Il espérait une promotion, mais elle dépendait beaucoup, pensait-il de l'accueil que nous allions lui offrir.
    
    « J'aimerais que tu t'habilles ainsi, dit-il en fouillant dans la penderie. »
    
    Il sortit une robe d'été dont la couleur dominante était le bleu pastel. Elle était parsemée de fleurs vertes et jaunes. Assez courte, elle n'était retenue que par deux fines bretelles, et me laissait le dos complètement nu presque jusqu'à la naissance de mes fesses, une fine ceinture la retenait à ma taille. J'aimais bien cette robe, assez ample, on aurait dit qu'elle voletait autour de moi lorsque je marchais. Mais je savais qu'il ne fallait pas que m'expose en pleine lumière, car alors la transparence était telle que l'on apercevait les moindres détails de mon corps.
    
    Bien qu'il ne fasse pas froid, il choisit un porte-jarretelles assez fin.
    
    « Si tu pouvais ne pas mettre de string, ce serait parfait...
    
    - Tu la veux vraiment ta promotion, lui dis-je en riant ! Je dois me sacrifier pour toi, tu veux qu'il me baise ?
    
    - Pourquoi pas... si tu es d'accord ! Me dit-il avec un petit rictus. »
    
    Le dimanche suivant, sur le coup de midi, son Directeur arriva.
    
    « Ma femme Trixie, Chérie Robert Portal mon Directeur. »
    
    Son chef, les cheveux blancs, la cinquantaine passée, légèrement bedonnant portant des lunettes, était vêtu d'une chemisette blanche et d'un pantalon vert olive. Lorsqu'il me serra la main, je sentis son regard me parcourir des pieds à la tête. Ses yeux me déshabillèrent littéralement. Après un solide apéro où ils consommèrent pas mal d'alcool, on passa à table.
    
    Ils parlèrent sport, boulot. En servant je me débrouillais de lui frôler son avant-bras avec ma cuisse, puis de lui faire sentir sur le dos de la main qu'il laissait pendre lorsque je m'approchais, l'attache de mon porte-jarretelles. En le servant, je lui effleurais le dos du bout d'un téton. J'adorai affoler les hommes, et mon mari avait donné des ordres pour aller dans ce sens !!
    
    « Mettons-nous au salon, pour prendre le café. »
    
    Il s'assit sur le canapé, mon époux à côté sur un fauteuil. Celui-ci me regarda et me fit un léger signe de tête. Je compris ce qu'il désirait. Je servis le café, en me penchant sur la table basse en face de notre invité, la bretelle de ma robe tomba sur mon bras, ma robe bailla et glissa, mon sein se retrouva à l'air libre. Ayant les deux mains prises, je continuais à emplir la tasse, lui laissant l'admirer. Le téton se retrouvant découvert s'était érigé en une petite pointe brune. Posant la tasse devant lui, en le regardant langoureusement, je remontais lentement ma bretelle. Il se trémoussa. Je m'assis en face de lui sur une chaise, faisant comme Maxime me le demandait au boulot, bouffer ma légère robe pour que mes fesses nues soient en contact direct ...
«1234...9»