1. Le regard d'une inconnue


    Datte: 18/11/2020, Catégories: Première fois Masturbation Hardcore, Auteur: pageblanche

    Une aventure peut parfois débuter par un simple échange de regards, y compris accidentel. N’importe où : dans un jardin public, dans une rame de métro, dans un rayon de grande surface, dans la rue… Tout est possible, n’importe quand et n’importe où. Je suis cependant convaincu que plus on cherche à provoquer ce type de situation, moins elle a de chances de se produire. Il faut laisser les choses se faire.
    
    Je me souviens d’un regard de ce genre, qui eut lieu dans un café où il n’y avait pas grand monde. C’était il y a une bonne dizaine d’années. J’étais en train de bouquiner à une table et j’avais remarqué la présence d’une fille blonde assise au comptoir. Elle discutait avec le barman. Nos regards s’étaient croisés machinalement à mon arrivée, mais ils se rencontrèrent de nouveau, juste au moment où le barman m’apportait un café. La fille me regardait et cela dura peut-être deux secondes.
    
    Le barman s’est éloigné et j’ai sucré mon café. Je me suis mis à touiller et j’ai relevé les yeux. Elle me regardait toujours, et cette fois-ci cela dura un peu plus longtemps. Puis elle se remit à discuter avec le barman.
    
    Et les regards se reproduisirent dans les minutes suivantes, de plus en plus insistants. Je lui ai donné 25 ans. Elle avait un visage assez ordinaire et, assise sur son tabouret haut, les cuisses croisées, j’aurais dit qu’elle était bien foutue. Elle portait une chemisette à petites fleurs dans les tons violet et un pantalon en tissus beige.
    
    Les regards se répétèrent, à tel point que les siens prirent clairement les airs d’une invitation. C’était une évidence. Le barman s’occupait d’autres clients et cette fille était là, à quelques mètres de moi, à me lancer ces regards. Et quand elle s’est levée pour se diriger vers les toilettes, en la voyant de dos comme ça et en matant son cul, je me suis dit qu’il y avait de fortes chances pour que j’ai l’occasion de la voir enlever son pantalon et sa culotte devant moi. Tous les signes étaient réunis, alors j’ai attendu une minute et je me suis levé à mon tour pour aller vers les toilettes.
    
    Quand je suis entré dans le local, la porte d’une cabine s’ouvrait. C’était elle. Elle a eu un petit temps d’arrêt, puis elle a fini de sortir et a refermé la porte pour s’approcher du lavabo. Nos yeux se sont croisés dans le miroir fixé au-dessus, et je lui ai dit :
    
    « Salut. »
    
    Elle m’a répondu et a ouvert le robinet pour se rincer les mains, tout en me regardant dans le reflet.
    
    « On s’est déjà croisé ? ai-je demandé. »
    
    « Une fois, oui, mais c’était dans la foule. »
    
    « Je ne m’en souviens pas, ça m’étonne. »
    
    « Pourquoi ça t’étonne ? a-t-elle demandé en se mettant à savonner ses mains, sans me quitter des yeux dans le miroir. »
    
    « Je me serais souvenu de tes yeux. »
    
    Elle a souri et j’ai poursuivi :
    
    « Je t’offre un café ? Ou un verre ? »
    
    Elle a remué la tête :
    
    « Pas maintenant. Mon copain prend son service dans dix minutes, il est barman ici. »
    
    J’ai dit :
    
    « Dommage. ...
«1234»