1. LE PANTALON


    Datte: 18/10/2020, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Poesexe

    Je n’avais que 16 ans quand cette histoire m’est arrivée. A cette époque, j’étais étudiant, et , avec des copains, nous avions trouvé un filon pour gagner un peu d’argent. Le week-end, nous allions faire des extras comme serveurs pour un traiteur qui organisait des communions, baptèmes, ou mariages, chez l’habitant, la plupart du temps des fermes, vu qu’il s’agissait d’un département rural.
    
    Ce samedi, nous voici donc partis par le train vers Auch, ou une jeune femme vient nous récupérer. Il s’agit de Viviane, une longue brunette de 1,70m aux cheveux courts, et aux yeux noisette. Elle est accompagnée de Corinne, une blonde aux formes voluptueuses, et aux yeux bleus. Nous sommes trois à avoir fait le déplacement. Fred, mon ami, un gaillard de 1,80m cheveux chatain et yeux bleus, Lionel un petit brun aux yeux noirs , et moi Pierre, 1,75m, plutôt fin mais avec une musculature que la pratique assidue de la natation m’a apportée, et des yeux verts clair, que je tiens de ma mère.
    
    Les deux filles sont des employées, à temps plein du traiteur, et ce sont elles qui nous drivent pour ces extras. Elles sont bien plus agées que nous, et ont le permis de conduire, et chacune une voiture, pour nous amener sur les lieux où sont organisées les festivités. Je dois dire, qu’outre le fait que ces extras complétaient avantageusement notre argent de poche, nous fantasmions, les uns et les autres sur les filles que nous retrouvions pour ces travaux, ce qui nous motivait encore plus à accepter ces missions. Aujourd’hui, après quelques kilomètres de route, nous faisons une halte chez Corinne pour déposer nos affaires, car c’est là que nous dormons d’habitude. Corinne repart avec Lionel et Fred. Ils vont sur un mariage qui se passe à une quarantaine de kilomêtres. De mon côté, j’embarque avec Viviane pour aller rejoindre une ferme où nous célèbrerons une communion. Tandis que Viviane conduit, je l’observe et admire son aisance décontractée alors qu’elle conduit en me parlant de notre travail de ce week-end. Je serais bien incapable d’en faire autant. Elle est vétue d’un jean slim, bleu marine, et d’un pull gris en V qui dévoile à peine la naissance de son décolleté et sa peau mate.
    
    Nous arrivons à la ferme vers les 15h, et après être allés nous présenter au propriétaire des lieux, nous commençons à travailler. Le menu est déjà arrêté et tous les plats péparés nous attendent dans un grand réfrigérateur. Deux gros réchauds, et un bain-marie électrique ont été prévus, pour que Viviane puisse réchauffer et dresser les plats. Pendant qu’elle s’active dans le coin où est installé notre cuisine de campagne, j’installe les tables (des plateaux sur des tréteaux) les chaises, et mets le couvert pour les 34 convives attendus. Ce n’est pas une grosse manifestation. Donc nous serons bien assez de deux. Une fois la table mise, je rejoins Viviane que j’aide de mon mieux en nettoyant les plats et gamelles au fur et à mesure. Je prépare les pichets de vin, et installe sur une ...
«1234»