1. Une nuit de garde (1)


    Datte: 17/10/2020, Catégories: Zoophilie, Auteur: shadowman

    ... reste là tranquillement, le temps qu’il se calme. J’en profite pour envoyer un message commun à mes collègues afin de leur dire que la jument a changé de box.
    
    En posant mon téléphone, mes yeux pour une raison que j’ignore se posent sur son membre qui est toujours assez tendu sous son ventre. Je ne sais pourquoi, mais je reste bloqué à le regarder.
    
    Je ne sais toujours pas ce qui me passe par la tête, mais je me lève, m’accroupis à côté de lui et regarde cette beauté de plus près. Puis je le touche, et bah purée pour sa taille, il est bien membré, je n’arrive même pas à faire le tour de son gourdin avec ma main. Puis je commence doucement des mouvements de va-et-vient dessus. Ce membre noir et rose pure beauté est encore gravé dans ma tête comme si cette histoire était arrivée cette nuit.
    
    Je continue donc mes va-et-vient sur ce membre, qui se font de plus en plus rapides, et je finis carrément par l’approcher de ma bouche. Je fais des bisous sur ce gland qui est énormément gonflé, puis le lèche, essaie de le prendre en bouche, ce qui arrive à passer, mais pas entièrement non plus ^^’. Je ne sais combien de temps ce petit jeu dure, mais Sultan a l’air d’aimer, car lui qui était encore pas mal excité est devenu calme et d’un coup, sans que je m’y attende, ce dernier lâche de grands jets de sperme dans ma bouche. Purée, c’est violent, et il y en a beaucoup, j’ai eu du mal à ne pas m’étouffer, mais j’ai quand même tout avalé... Enfin presque, mais une grosse partie m’a coulé sur le torse. Je récupère quand même un maximum sur mes doigts et les suce. Puis je lui nettoie les glands des résidus.
    
    Ce que je fais m’a tellement excité que d’un coup, je lâche le pénis de Sultan, sors du box, prends la petite botte de foin devant, la mets vers le milieu du box, juste derrière lui, monte dessus, agrippe la queue du poney, la lève, dirige mon engin (qui n’arrive pas à égaler celui de Sultan, mais qui n’est pas petit non plus) vers son petit trou, le pose contre. Je pousse doucement, mais me retrouve très vite gobé par son anus où je suis bien serré et bien au chaud. C’est si doux à l’intérieur, si chaud, je me mets donc à faire des va-et-vient rapidement, ce qui n’a pas l’air de le déranger bien au contraire, car maintenant, je n’ai plus besoin de lui tenir la queue, il la lève tout seul.
    
    Je suis plus qu’excité et à peine deux minutes en lui me tue, je ressors très vite ma bite et lâche un gros jet dans la paille.
    
    Je me remets doucement de mes émotions, câline Sultan, puis lui fais un gros bisou sur le nez et rentre chez moi.
    
    Cette nuit a était une découverte pour moi, je n’avais jamais eu d’idées comme ça avant, mais depuis, je n’accompagne plus les étalons au mannequin avec le même regard.
    
    Si cette histoire vous a plus, n’hésitez pas à le dire, que je vous écrive la suite. 
«12»