1. Une nuit de garde (1)


    Datte: 17/10/2020, Catégories: Zoophilie, Auteur: shadowman

    Je me présente, Thierry, jeune homme de 22 ans au moment des faits. Je suis un petit gringalet d’1.70 mètres pour 50 kilos.
    
    Cette histoire se déroule dans l’écurie où je travaille. C’est une écurie de propriétaires et de vente avec une trentaine de chevaux: 32 juments et hongres, et, deux étalons.
    
    Tout se déroule durant une nuit de garde. En effet, nous avions une nuit de garde à faire par semaine où nous dormions sur place dans un appartement au-dessus des boxes mises à notre disposition, sauf moi qui dormais tout le temps sur place dans mon appartement.
    
    J’étais de garde cette nuit-là, la veille de mon jour de repos, et je sentais bien ma semaine de travail que j’avais dans les pattes, mais je prenais ces gardes très à cœur, car il est déjà arrivé que l’on ait de gros problèmes durant la nuit. Je faisais donc deux tours de garde dans la propriété durant la nuit: une à 23 heures et une autre à 3-4 heures.
    
    Je fais donc ma garde de 23 heures, RAS, tous les chevaux sont OK, aucun intrus dans la propriété, je monte donc l’escalier, arrive à l’appartement, ne mange même pas et tombe de sommeil.
    
    Je suis réveillé par un boucan venant de juste en dessous de mon appartement vers minuit et demi / une heure... Je prête l’oreille à ce qu’il se passe: j’entends un cheval "couiner".
    
    Je me lève donc très vite sans faire de bruits, ne prends même pas le temps de m’habiller (même pas un pantalon, je reste en caleçon) prends le fusil, et sors doucement de l’appartement, descend l’escalier, et une fois en bas de l’escalier, je vois un cheval devant un box. Je m’approche doucement en restant tout de même sur mes gardes, arrivé à la hauteur du cheval qui est une jument, je lui parle doucement pour la rassurer, prends un licol, puis la remets dans son box. Au moment de fermer la porte, impossible de le faire... En effet, elle a dû taper dedans, car la porte est pliée en deux... Heureusement, nous avions des boxes de disponibles dans une autre allée de l’écurie. Je remets donc le licol sur la jument et l’emmène dans un box libre.
    
    J’arrive dans l’allée où j’ai un box de disponible, passe devant les autres chevaux qui se demandent sans doute ce que je fais avec la jument à cette heure-là ^^’. D’un coup, alors qu’on marchait tranquillement, la jument s’arrête et lâche un bon gros jet de pisse, je comprends donc qu’elle est en chaleur et regarde le box devant lequel elle s’est arrêtée... C’est celui de notre deuxième étalon, un petit poney gris d’un mètre 40 au garrot qui se nomme Sultan.
    
    Je mets vite la jument dans un box libre, remplis un seau d’eau, et le vide sur la flaque de pisse afin que Sultan se calme. Bah oui, petit couillu qui fait de la reproduction qu’il est, avoir une jument en chaleur qui "l’invite" à se joindre à elle, forcément, il a envie de la rejoindre...
    
    Je reste donc à câliner un peu Sultan en lui parlant, il se calme petit à petit, mais reste toujours un peu tendu. Je rentre dans son box, m’assois dans la mangeoire, et ...
«12»