1. Jared


    Datte: 16/10/2020, Catégories: Humour sf, Auteur: Gufti Shank

    J’errai quelques minutes, seul et sans but. Je repassai en long et en large le fil des événements. La PAV, la police des activités virtuelles en avait après moi et voulait m’utiliser comme "infiltrateur". Une jeune femme, Tilya, était sans doute déjà morte pour avoir tenté de m’aider. Et le seul indice qu’elle m’avait laissé était : « Courez et trouvez Fritz au Metropolis. » Sa dernière phrase avant de s’écrouler.
    
    Je fouillai dans tous mes souvenirs; je connaissais pourtant bien la ville, mais le Metropolis ne m’évoquait rien. Rien, si ce n’était un très vieux film d’un certain Fritz, justement…
    
    Que faire ? Je marchais. Dans les ruelles sombres, évitant tous les endroits lumineux, ou ceux fréquentés. J’aperçus un instant un homme en imperméable gris s’avancer vers moi, et je paniquai, m’imaginant retomber face à un superflic de la PAV. Mais non, ce n’était qu’un brave passant. Comme moi. Je n’avais rien demandé, finalement. J’aurais peut-être dû tout bonnement accepter la proposition de l’inspecteur Forman. Infiltrer ce soi-disant réseau de terroristes sexuels qu’était censé être Revebebe…
    
    Où aller ? Je ne pouvais pas rentrer chez moi. L’endroit devait être cerné. J’avais tout d’abord voulu entrer en contact avec ces gens qu’on souhaitait me voir infiltrer, mais Tilya m’avait mis en garde : toutes les connexions étaient surveillées. Ma seule chance était de les trouver physiquement.
    
    Je repensai à ce qu’elle m’avait dit : « Je travaille pour une organisation qui n’aurait pas intérêt à ce que vous infiltriez Revebebe »… Qui cela pouvait-ce être ? J’étais pris dans un engrenage qui dépassait ce que j’aurais pu imaginer.
    
    Le Metropolis… Il fallait que je sache ce que c’était. Mais où me renseigner ? Un poste PC ne me serait d’aucun secours, car le flic de la PAV qui avait abattu Tilya l’avait entendue aussi bien que moi mentionner cette boîte. Était-ce une boîte, d’ailleurs ? Et si j’effectuai la moindre recherche sur un quelconque Metropolis depuis une machine, ils me localiseraient en peu de temps.
    
    Il m’aurait fallu un de ces bons vieux annuaires. Mais cela faisait bien longtemps que ça n’existait plus. Ou bien demander ? J’entrai dans un miséreux bar de nuit au hasard de mes pas. Un vieil homme se tenait derrière le comptoir.
    
    — Bonsoir, fis-je, j’ai besoin d’un renseignement. Je cherche une boîte ou un bar qui s’appelle le Metropolis. Vous connaissez ?
    
    Il me dévisagea longuement avec suspicion avant de répondre.
    
    — Je ne connais aucun endroit de ce nom.
    
    Je réfléchis un instant, puis fouillai au fond de mes poches pour en extraire quelques billets que je lui tendis en répétant :
    
    — Vous êtes sûr que vous ne connaissez pas un endroit qui s’appelle le Metropolis ?
    — Rangez vos billets et disparaissez, Monsieur, et oubliez le Metropolis.
    — Pourquoi ça ?
    — On a déjà tous reçu des mails de la PAV qui cherche aussi un endroit dénommé le Metropolis.
    
    Je restai sans voix. Non seulement les flics me cherchaient, mais ils ...
«1234...9»