1. Petite nouvelle policière et érotique


    Datte: 19/09/2020, Catégories: fh, 2couples, couple, couplus, Voyeur / Exhib / Nudisme Oral 69, pénétratio, échange, policier, entrecoup, Auteur: Mongil

    Vendredi, 2 heures du matin, une détonation dans la nuit. Dans ce petit village de Champagne, quelques habitants sursautent dans leur sommeil…
    
    Au petit matin, lorsque les voisins se retrouvent sur le pas de leur porte :
    
    — Vous avez entendu cette nuit, cela semblait venir de la maison des Devoisin !
    — Oui, dit la voisine immédiate de cette maison, cela venait de chez eux, je n’ai rien vu, mes volets étaient fermés, mais j’ai entendu quelques minutes plus tard leur voiture démarrer.
    
    Il faut dire que la dame en question est une vieille fille, pas si vieille mais un peu bigote, qui guette généralement, à l’affût des événements du village. Lorsque le maire se joint au groupe de voisins réunis devant le bâtiment elle l’apostrophe :
    
    — Monsieur le maire, vous devriez appeler les gendarmes, il s’est certainement passé un drame cette nuit.
    
    Le maire essaye de calmer la rumeur :
    
    — Ils n’ont averti personne de leur départ ?
    
    Vu les réponses négatives et l’insistance de ses concitoyens, principalement de la voisine, qui en rajoute :
    
    — Oh ! dit-elle, je ne sais pas pourquoi mais hier après-midi j’ai entendu qu’ils se disputaient pendant que Monsieur tondait la pelouse.
    — Tu sais, Marguerite, intervient une autre voisine, si dans un ménage à chaque dispute on doit tuer son conjoint, il n’y aurait plus que des veufs et des veuves en France !
    
    Le maire se décide et appelle la gendarmerie de Reims. Ceux-ci arrivent une bonne demi-heure plus tard et le serrurier qui les accompagne ouvre la porte d’entrée. Les gendarmes repoussent les curieux qui, si on les laissait faire, seraient à l’intérieur avant eux. L’adjudant qui pénètre en premier dans le hall arrête d’un geste ses hommes. Il leur indique sur un guéridon un pistolet et au sol les débris d’un vase… Il désigne l’un des sous-officiers et lui demande de faire le tour de la maison en ne touchant à rien. En examinant l’arme, il constate qu’elle a effectivement servi récemment.
    
    — Je demande à la PJ de venir sur place pour recueillir les pièces à conviction ! dit-il au maire. En attendant leur arrivée je laisse deux hommes en faction sur place.
    
    Le groupe de curieux a, avec cette information, déjà de quoi occuper les ragots et ne s’en prive pas. Les curieux finissent tout de même par se lasser et chacun rentre chez soi en attendant d’autres nouvelles.
    
    Lorsque, quelque temps plus tard, le Commandant Gérard de la PJ de Reims arrive sur les lieux, il ne trouve sur place nul autre indice que le revolver, qui semble effectivement avoir servi tout récemment, et les débris du vase. Dans la salle de bains, il trouve un essuie taché de sang, mais il peut appartenir à l’un comme à l’autre. Il ne connaît pas leur groupe sanguin !
    
    Il envoie l’un de ses adjoints recueillir les témoignages des voisins immédiats, convaincu que cela ne lui apprendra pas grand chose, mais cela fait partie de la routine. Les témoignages font d’ailleurs état d’un ou de deux coups de feu ! Il décide également, en ...
«1234...15»