1. Une plantureuse et experte gymnaste (5)


    Datte: 16/09/2020, Catégories: Erotique, Auteur: bgp

    La belle posa carrément sa bouche sur mon cul et y fit entrer sa langue. Elle savait alterner les caresses de surface et les mouvements plus profonds qui frôlaient ma prostate, dont elle connaissait parfaitement l’existence et la position. Quand je fus suffisamment ouvert et lubrifié par sa salive, elle se redressa, et enserra mes deux chevilles dans une seule de ses grandes mains et continua à pousser pour maintenir l’accès à mes petites fesses à sa main libre. Elle inséra d’abord son index, puis son long majeur. J’avais l’impression que ses deux doigts me remplissaient entièrement, comme si je les sentais au fond de ma gorge. Son index caressait ma prostate avec adresse et elle savait doser la pression pour que ce ne soit pas douloureux. Je sentais la douce chaleur caractéristique des prémices d’un orgasme m’envahir et je ne pouvais rien contrôler tant cette sensation était cette fois totalement décorrélée de tout contact avec mon sexe, qui s’étalait comme une limace sur mon pubis.
    
    Je ressentais un plaisir exactement similaire à celui que j’avais adolescent quand mes éjaculations nocturnes me faisaient mouiller mon lit. Je pissais littéralement du sperme en gémissant comme une chienne en chaleur pendant que l’amazone sondait mon fondement de ses doigts experts et puissants. Jamais je n’avais joui pendant aussi longtemps.
    
    — Je ne suis pas sûre que tu aies résisté plus de trois minutes. Ça t’a plus au moins ?
    
    Je n’arrivais pas à parler, tant j’étais essoufflé.
    
    — Oh oui ! Je ne savais même pas qu’un homme pouvait jouir de cette manière. Tu es si douée ! Comment as-tu appris ça ?
    
    — J’ai eu la chance d’avoir un couple d’amis très ouverts. Je leur plaisais beaucoup, aussi bien à l’homme qu’à la femme, qui avait un petit côté légèrement pervers et dominant. Elle m’a laissée m’entraîner sur son époux, pour leur grand plaisir à tous les deux.
    
    L’amazone avait encore ses doigts dans mes fesses et mes chevilles dans sa main. Elle libéra mon anus et attrapa une serviette de toilette qu’elle laissait dans sa table de chevet. Elle essuya la flaque de sperme qui s’était formée sur mon ventre et qui commençait à couler dans la raie de mes fesses. J’avais parfois l’impression d’être juste une poupée dans ses puissantes mains de sportive. Une fois nettoyé, elle laissa mes jambes prendre une position normale et elle vint lover son grand corps contre le mien, laissant un de ses seins reposer sur mon buste. Elle couvrait ma joue de petits baisers et je souriais béatement, encore sous l’effet du puissant orgasme qui m’avait envahi.
    
    — Je ne pensais pas vivre une telle expérience ce soir ! Tu es une femme si surprenante !
    
    — On tente souvent de me séduire, mais c’est rare que je succombe aussi vite. Tu es tellement mignon et je t’ai trouvé si touchant quand tu étais assis, blessé dans le sable. Quand je t’ai soulevé et que je t’ai senti si léger dans mes bras, j’ai craqué et j’ai su tout de suite que je pourrai aller loin avec toi.
    
    — Quand tu ...
«123»