1. Soirée Entre Amies Ch. 10


    Datte: 15/09/2020, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: byVerdu

    Épilogue
    
    Depuis cette rencontre avec maître Luc dans un train de banlieue ma vie à basculée d'une manière brutale et inattendue. Je suis définitivement la soumise du couple formé par Luc et Françoise d'autant plus que tous les jours je devais aller prendre ma dose de cocktail si je ne voulais pas finir comme une pute nymphomane.
    
    Je dois me mettre à leur service toutes les fois qu'ils le souhaitent, pour leur jouissance personnelle ou bien pour être offerte lors de cérémonies qu'ils organisent chez eux ou ailleurs. Bien sûr, je suis utilisée en particulier pour promouvoir l'invention diabolique de maîtresse Françoise. À chaque fois mon ventre est gonflé progressivement, elle me force parfois à porter cinquante litres. Ces week-ends là, j'ai l'air d'être sur le point d'accoucher de triplés et je peux à peine marcher à cause du poids de l'eau. Mon ventre est couvert de vergetures et ne reprend même plus son aspect antérieur.
    
    De plus, comme toutes les soumises de la Confrérie d'Artémis à laquelle mes maîtres appartiennent, j'ai été pucée pour être mise à la disposition de tous les maîtres et maîtresse de cette société secrète.
    
    La première fois que cela m'est arrivé, j'étais en promenade le long des quais avec mon mari et mes enfants. La puce a vibré dans mon bras. Je devais vite trouver un prétexte pour me retirer car je savais que je n'allais pas tarder à être abordée par quelqu'un.
    
    -Attends mon chéri, j'ai un peu mal aux pieds avec mes chaussures neuves. Je crois que j'ai choisi des talons un peu trop hauts. Vas devant avec les enfants et attends-moi à la petite brasserie au bout du quai. Je viendrai vous retrouver pour prendre un verre lorsque j'aurai reposé un peu mes pieds.
    
    -Tu es sûre mon amour? Bon d'accord. On y va alors, les enfants. On attendra maman avec un bon jus de fruits. À tout de suite chérie.
    
    -oui! Je ne m'arrête qu'un petit moment, ne t'inquiètes pas, dis-je. En ne sachant pas vraiment combien de temps je serai retenue en réalité.
    
    Je m'étais assise sur un banc feignant de masser mes pieds, lorsqu'un homme d'environ soixante ans m'a abordé en me donnant mon numéro de puce. Il était petit et rond. Il dégoulinant de sueur et déjà il me dégoûtait.
    
    -F 4376, suis-moi!
    
    -Oui maître.
    
    Il me demanda de m'asseoir à côté de lui au bord du quai, dans une partie peu fréquentée par les promeneurs, parce que servant de squat, elle est jonchée de détritus et de bouteilles d'alcool vides.
    
    -Branle moi salope! Fais-moi jouir dans ta main. Tu étaleras mon foutre sur ta chatte après.
    
    J'ai eu beaucoup de mal à le faire durcir, il me dit alors de le sucer mais je devais faire attention à ne pas le faire jouir dans ma bouche. J'ai compris pourquoi il ne m'en demandait pas plus. Il avait sans doute des difficultés à bander. Son autorité de maître n'en est pas entachée cependant. Il devait estimer que ma fellation n'était pas assez efficace. Après s'être retiré de ma bouche il me frappe le visage en me recommandant ...
«12»