1. Otages des Emeutiers


    Datte: 15/09/2020, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byelko

    Je m'appelle Alain, je suis surveillant-chef à la prison de Saint-Quentin dans l'Isère. Une prison modèle qui « héberge » des criminels très dangereux. Aujourd'hui est un jour particulier car nous accueillons la Commission d'enquête parlementaire nommée par l'Assemblée Nationale et chargée de se rendre compte sur place des conditions de détentions dans les prisons française... Curieusement, cette Commission est composée de femmes. Elles sont arrivées accompagné par la Directrice de la Maison d'arrêt, Edith Mercier. Ma patronne. Elle a la cinquantaine, blonde, plutôt pas mal.Ses longues jambes gainées de bas noir émergent de sa jupe anthracite classique. Les talons de ces dames résonnent dans les couloirs de la prison.Nous passons devant les détenues qui hurlent des injures à travers la porte de leurs cellules.Ce qui met mal à l'aise les membres de la Commission.
    
    - Ne pourrait-on les faire taire, lance, agacée, Madame la députée Chantal Maraud.
    
    Blonde également, veste blanche, jupe noire, bas clairs et talons aiguilles blancs, elle est plutôt sexy et je mate ses jambes pendant qu'elle avance dans le couloir.
    
    - C'est vrai, c'est intolérable, renchérit Laurence Petit, juge d'instruction à la Cour d'Appel.
    
    Moins sexy que la Députée, pensai-je. Petite, brune, jupe longue qui s'arrête aux mollets, chaussures à petits talons.
    
    La troisième, une psychologue, Séverine, jupe courte sur des bottes à talons ne dis rien visiblement impressionnée par l'univers carcéral qui l'entoure.
    
    Nous arrivons dans le quartier réservé aux délinquants sexuels et autres proxénètes.Edith présente à ces dames de la Commission, les deux autres membres du personnel pénitentiaire. Carlos et Franck, mes collègues. Madame la Députée demande à interroger des détenues. J'ouvre la porte d'une cellule au hasard. Il s'agit de Radovan et Stefan, deux proxénètes Albanais, tombé après que les flics aient démantelé leur réseau. Je reste bouche bée devant le spectacle qui s'offre a moi. Les membres de la Commission poussent des cris offusqués.
    
    Radovan et Stefan, debout, sexe sortie de leur pantalon, se font tailler une pipe par des filles, a genoux entre leurs cuisses.Je comprends immédiatement ce qui c'est passée.Il est fréquent qu'en échange de bakchich, on fournisse des filles, des putes donc, aux prisonniers qui le demande pour qu'ils puissent se soulager les couilles.C'est de la corruption, d'accord mais il faut bien vivre.Suite a un très mauvais concours de circonstances, certains de mes collègues n'ont pas du être prévenue de la visite de la Commission.Je jette un regard noir a mes collègues, je suis sur que ce sont eux les coupables.
    
    Dans le couloir, c'est le délire complet. Radovan et Stefan, aussi surpris que nous, reste les bras ballant et surtout la bite à l'air tandis que les deux putes que je connais bien, Douchka et Anouchka, des russes, se relèvent un peu énervées.
    
    C'est vrai quoi, on peut plus bosser tranquille?
    
    Le ton monte et ca ...
«1234»