1. La nouvelle vie de Christine Ch. 04


    Datte: 15/09/2020, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: bytrouchard

    ... je trouve le bas de sa jupe. Je remontai celle-ci autour de sa taille. Elle ne protesta pas alors que je la repoussai afin de l'admirer ainsi troussée, en bas et petite culotte noirs.
    
    - Tourne toi et met les mains sur ton capot!
    
    Avant de m'obéir, elle jeta des coups d'œil tout autour sur le parking.
    
    - Ecarte tes jambes maintenant Christine.
    
    Je regardais ses cuisses alors qu'elle faisait glisser ses talons dans le gravier écartant ses pieds comme je lui avais demandé. Elle avait un cul magnifique avec une peau lisse et légèrement bronzée. A travers sa culotte je pouvais deviner les plis de sa chatte.
    
    Ce spectacle fit que ma bite était complétement dressée dans mon pantalon.
    
    Je mis ma main droite entre ses jambes et frottai ma paume contre son sexe à travers le tissu de la culotte. Mes doigts se pressèrent contre sa fente alors que mon pouce frottait ses petites lèvres.
    
    Christine laissa échapper un petit gémissement sans équivoque :
    
    - Ummmmmmmm.....
    
    - Quel genre de femme laisse le petit ami de sa fille tripoter sa chatte dans un parking?
    
    Ce n'était pas vraiment une question que je lui posais. Sans répondre, elle se tortilla sans reculer.
    
    - Il n'y a qu'une pute pour faire cela. Tu es une pute Christine n'est-ce pas?
    
    Je poussai mon pouce et le tissu entre ses lèvres. Je sentis l'humidité à travers sa culotte.
    
    - Oui! répondit-elle en haletant.
    
    - Oui tu es une pute?
    
    J'insistai alors que je mis mes mains sur sa culotte afin de la descendre jusqu'à ses genoux. L'air frais de la nuit souffla sur sa chatte nue et rasée pendant que la nuit continuait à tomber.
    
    - Oui je suis une pute! dit-elle brusquement et avec impatience.
    
    - Ne me parle pas comme ça putain!
    
    Je claquai sa fesse droite avec f***e.
    
    - Aïe! cria-t-elle
    
    Puis plus doucement elle dit :
    
    - Désolé.
    
    - Je ne veux pas que ma pute me parle mal. Tu comprends Christine?
    
    - Oui je comprends.
    
    Maintenant que la nuit était tombée, je suis allé allumer mes phares afin d'éclairer ma belle-mère et ses trous exposés. Avec les renseignements de mon oncle, je savais que c'était un comportement habituel pour cette mère de famille.
    
    Rejoignant Christine, je mis trois doigts dans son trou humide. Elle était tellement mouillée que je n'eus pas besoin de f***er. Elle gémit profondément et tomba en avant, sa poitrine s'écrasant sur le capot. Je la doigtai pendant quelques minutes, ses gémissements augmentant en volume et en longueur. Je savais qu'elle n'était pas loin de l'orgasme.
    
    Je m'arrêtai et levai les yeux, Christine faisant la même chose. Nous avions entendu le bruit de pneus sur le gravier suivi par une paire de phares qui tournèrent au coin et éclairèrent le parking. Nous avons regardé le véhicule venir vers nous. Mais il s'arrêta à 20 ou 30 mètres et le conducteur éteignit ses lumières. Il s'agissait simplement d'un camion qui se garait pour la nuit. Je voyais la forme d'un homme dans la cabine mais il ne descendit pas.
    
    - ...
«1234...»