1. Un bon début


    Datte: 29/06/2020, Catégories: fh, jeunes, inconnu, fépilée, vacances, forêt, intermast, Oral 69, pénétratio, québec, occasion, nature, Auteur: KGE

    Aller camper quelques jours dans une réserve faunique me semblait le meilleur moyen de profiter de mes vacances. Je n’irai pas jusqu’à dire que j’étais exténué, mais me changer les idées s’imposait, il me fallait retrouver un peu de motivation. Ma première journée de congé fut donc entièrement consacrée à la préparation de cette semaine en nature. Il était impossible que je n’oublie rien… mais je devais au moins éviter d’oublier le principal.
    
    À l’entrée du parc se trouvait l’inévitable poste de paiement et de contrôle des accès. Ayant réservé le tout d’avance, j’obtins rapidement mes papiers et mon droit d’accès. Par contre, ce qui m’a le plus touché, ce n’est pas la liberté et la nature, mais bien le joli visage de la jeune femme qui m’a servi. Plus que la beauté stéréotypée, ce que j’aime c’est l’attitude que dégage une femme. Mon analyse de quelques secondes, donc très exhaustive, me révélait une femme passionnée, dynamique et amante de la nature. D’un côté plus physique, j’observais une jolie brunette souriante. Bref, ces vacances commençaient bien !
    
    La première soirée se résuma en l’installation de mon campement et la contemplation d’un petit feu de camp, accompagné de quelques bonnes bières. Le lendemain, levé tôt, je partis découvrir le paysage local en kayak. Voguant paisiblement sur le lac, je rêvassais à la jolie employée et imaginais une multitude de scénarios. Je ne la reverrai probablement pas et, me connaissant, je n’oserai pas l’aborder directement, alors aussi bien en rêver.
    
    En début de soirée, je venais de finir de souper et je m’apprêtais à m’installer devant le feu avec un bon roman, histoire de relaxer et réfléchir à tout et à rien. Je fus soudainement surpris par une sorte de grattement, suivi de plusieurs petits bruits incongrus. De toute évidence, j’avais oublié de la nourriture et un animal quelconque était venu en profiter. Je me levai, peu rassuré, afin de découvrir la provenance de ces sons. La noirceur m’empêchait de bien distinguer, mais je vis du mouvement à quelques mètres de ma tente. Je m’approchai tranquillement, tenant ma hache d’une main, ma lanterne de l’autre : je n’avais aucune idée si c’était un raton ou un ours, alors l’instinct de survie prenait le dessus.
    
    Alors que je m’approchais de plus en plus, je fus très surpris, mais jamais autant que mon « animal ». En effet, si moi j’étais apeuré, ce n’était rien à côté de la demoiselle de la réception qui me vit l’approcher la hache levée ! J’éclatai de rire devant ma bêtise et déposai mon arme. Une seconde plus tard, elle aussi rit de l’incongruité de la situation. Légèrement mal à l’aise, je lui expliquai je ne sais quelle excuse. Plutôt que de continuer à dire des conneries, je lui proposai de boire un verre en guise d’excuse, quand elle aurait fini sa tournée de surveillance. À ma grande surprise, elle accepta cette invitation du fou à la hache.
    
    Incapable de poursuivre ma lecture ou de me concentrer sur quoi que ce soit, je ne cessais de ...
«1234»