1. Des camarades de classe (8)


    Datte: 16/01/2018, Catégories: Gay Auteur: Doogy Woogy

    Après le repas, Cyrille et Philippe filèrent dans la chambre. Cyrille avait besoin de se reposer après la copieuse sodomie canine : il avait d’ailleurs l’impression d’avoir encore le cul ouvert. Mais ce qui l’inquiétait le plus, c’était la douleur dans les genoux. Rien de grave, mais il devrait faire attention : s’il revenait avec les jambes ensanglantées, il pouvait éveiller les soupçons des parents de Philippe et ils risquaient alors de restreindre les sorties, afin de ne pas ramener leur invité en piteux état.
    
    ─ Tu n’aurais pas une vieille couverture qu’on pourrait emmener sur le vélo ?
    
    ─ Oui, ce doit être possible de trouver ça, mais j’ai une petite idée. Écoute un peu !
    
    Une fois la sieste terminée, ils s’en allèrent dans la forêt alentour. Ils emmenèrent quelques outils : une hachette, une scie et un peu de ficelle. Ils partirent en direction de la ferme, mais avant d’y arriver, dans la grande courbe, ils bifurquèrent sur leur gauche et descendirent en suivant la ligne de jonction des deux collines. Ils marchèrent au moins quarante-cinq minutes avant de trouver un endroit qui leur convenait. L’endroit formait un replat au sol tapissé de mousse idéal pour le confort, notamment des genoux. Ils bâtirent une cabane qui offrait ainsi un lieu à l’abri des regards, dans un endroit loin de tout passage. Ils construisirent une armature à base de branches coupées avec la hachette, l’assemblèrent à l’aide de la ficelle et ils couvrirent le tout avec un mélange de branches ...
    ... de genêts et de fougères. Ils la firent en forme de dôme afin de pouvoir se tenir debout, bien qu’il y ait plus de chances qu’ils passent plus de temps dans d’autres positions. Un couloir d’accès en courbe leur permettait de ne pas se faire surprendre par un éventuel promeneur qui jetterait un œil à l’intérieur par une ouverture simple. Une fois la construction terminée, ils s’allongèrent dans la cahute.
    
    ─ Es-tu prêt à étrenner ta nouvelle chambre ? plaisanta Philippe.
    
    ─ Et comment ! Tu ne crois tout de même pas que je t’ai aidé à construire cette cabane uniquement pour que tu développes des connaissances en architecture ?
    
    ─ Très drôle ! Tiens, regarde ce que j’ai réussi à piquer ce matin en accompagnant mes parents.
    
    ─ De la crème pour les mains ?
    
    ─ Reconvertie pour ton petit trou… enfin, après t’avoir vu collé à Zack ce matin, je ne devrais plus dire petit mais béant.
    
    ─ C’est pour ça que tu es parti avec tes parents, j’étais étonné que tu ne sois pas resté avec moi.
    
    ─ Oui, c’était pour ça… et aussi pour recharger les batteries.
    
    ─ Ah, tu appelles ça des batteries ?
    
    Philippe poussa Cyrille qui se laissa tomber sur la mousse. Ils se déshabillèrent rapidement. Cyrille s’allongea sur le dos et instinctivement écarta les jambes. Philippe déposa une noix de crème sur l’anus de son ami puis massa délicatement la rondelle encore un peu endolorie par l’accouplement hors norme du matin. Il pénétra lentement et Cyrille ferma les yeux, heureux de sentir cette ...
«1234»