1. Le Viol de Aurore et Anne-Sophie (Par Eric Barbe)


    Datte: 15/01/2018, Catégories: Partouze / Groupe Inceste / Tabou Hardcore, Auteur: Commercial51

    ... l’homme se mit à haleter plus fort, tout en continuant à
    
    maitriser la tête de la jeune femme, et finalement se laissa aller au
    
    fond de la gorge d’Anne-Sophie, qui n’eut d’autre choix que d’avaler
    
    toutes les nombreuses saccades. L’homme essuya son sexe sur le visage
    
    d’Anne Sophie, relâcha son étreinte, et la repoussa avec force sur le
    
    canapé, en lui disant « casses toi maintenant ». Anne-Sophie pleurait
    
    elle aussi, honteuse et salie de ce qui venait de se passer.
    
    Les deux femmes étaient donc en train de pleurer sur le canapé quand le
    
    troisième homme, que les autres appelaient Boris, me regarda dans les
    
    yeux … « Alors Bertrand, c’est ton tour maintenant ? Qu’est-ce qu’on va
    
    te faire ? Comment allons-nous t’humilier ? ». Je ne sus que répondre,
    
    épouvanté par la v******e de ces hommes avec ma femme et sa sœur … Je me
    
    retrouvais là, nu, menotté sur une chaise face à ces trois hommes …
    
    qu’allaient-ils me faire ? Les deux jeunes femmes me regardaient
    
    également, apeurées.
    
    C’est alors que Boris me dit : « mais alors Bertrand, c’est que ça
    
    t’excite en plus de regarder ces deux salopes se faire violer, tu bandes
    
    comme un âne ! …». Et c’est vrai que je n’y avais pas prêté attention,
    
    mais ce que j’avais vu m’avait excité …
    
    « Regardez ca les gars, notre Bertrand aime quand on baise ces salopes »
    
    dit-il à ses deux comparses … qui lui répondirent en riant …
    
    Boris me dit alors qu’il savait comment m’humilier … il regarda ...
    ... les
    
    photos dans le salon et dit … « la blonde c’est sa femme, on va
    
    s’occuper d’elle … ». Je leur criai de laisser Aurore tranquille, mais
    
    il ne m’écouta pas… il rapprocha la chaise sur laquelle j’étais assis du
    
    canapé …
    
    « Mon petit Bertrand, regarde bien, on va s’occuper de ta femme comme
    
    jamais » … je criais, m’époumonais, les suppliais, mais ils n’écoutaient
    
    rien …
    
    Ils prirent Aurore toujours menottée et la renversèrent sur le canapé,
    
    la poitrine sur les coussins. Boris lui passa la main sur la chatte pour
    
    s’assurer qu’elle était toujours trempée … et qu’elle avait toujours le
    
    plug dans le cul. L’effroi se lisait dans les yeux d’Aurore, elle
    
    commençait à pleurer.
    
    Boris me regarda droit dans les yeux et me dit : « notre ami va limer ta
    
    femme … on va l’entendre gueuler » … et sans attendre l’autre homme prit
    
    Aurore en levrette de manière brutale. Aurore expira fortement. Elle
    
    ressentait les coups de boutoir de l’homme qui venait en elle, ainsi que
    
    le plug qui lui remplissait le cul. Les cris qu’elle poussait étaient à
    
    la fois de la douleur, de la honte et du plaisir…
    
    Boris demanda au deuxième homme de se mettre à l’autre bout du canapé,
    
    de manière qu’Aurore le suce. L’homme la saisit par ses longs cheveux,
    
    lui enfonça d’abord les doigts dans la bouche pour mimer la fellation.
    
    Aurore suçait ses doigts sans conviction, mais se laissa faire. L’homme
    
    déboutonna alors son pantalon, enfourna sa pine dans la bouche ...