1. À l'internat avec ma cousine (2)


    Datte: 19/02/2018, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: Dorfensoh

    Je ne m’attends pas à une nourriture aussi bonne toute l’année. C’est la rentrée, le lycée doit bien marquer le coup, tant dans l’accueil que dans la rigueur. Ensuite, je pense que les règles s’assoupliront. Il faut que nous puissions rentrer chez nos parents avec l’éloge de l’établissement, déjà préparé dans nos bouches. Au réfectoire s’étaient installés à notre table Romain et Lucie, en quête de futurs amis. Lui fait du football aussi, ce qui lui a fourni un sujet de conversation avec ma cousine. Pour ma part, je n’y connaissais rien, pas grand-chose, encore moins chez les féminines. Je me suis donc mis à discuter avec Lucie. Elle a cette qualité d’être drôle et de me faire totalement oublier ce qu’il s’était passé avec ma cousine, dans les vestiaires. Désormais, je ne m’intéressais plus qu’à elle. Mais la sonnerie coupa la conversation.
    
    La journée s’est déroulée tranquillement. Le temps de faire les présentations, de remplir des questionnaires et d’écrire le programme sur nos cahiers. La journée de la rentrée, c’est la plus cool de l’année, si on arrive à en évacuer le stress. Fin de la journée et installation dans les internats. Au déjeuner, Romain et Lucie nous avaient appris qu’ils étaient eux aussi internes. Nous voilà en cohabitation avec des personnes que l’on connaissait. Chez les lycéens plus jeunes, les sexes sont séparés selon les étages, mais selon les ouï-dire, il n’est pas difficile de se faufiler. Ceci dit, les restrictions dans notre étage sont quasi ...
    ... inexistantes. On choisit la chambre que l’on souhaite, à deux ou à quatre - qu’elle soit au rez-de-chaussée ou au dernier étage, de même que nos compagnons de chambre - qu’ils soient filles ou garçons. Tout en sachant qu’on pourra sans doute en changer plus tard – il y a davantage de lits que de résidents.
    
    J’avoue que je pensais m’installer avec Céline, Lucie et Romain, mais j’ai respecté l’avis de ma cousine qui souhaitait s’installer avec moi dans une chambre convenable et à deux places. De leur côté, Lucie et Romain avaient choisi chacun une chambre. Les intérieurs étaient rudimentaires : un lit une place chacun, des bureaux, un éclairage, des WC et douche, des armoires, le chauffage - le tout moderne. Presque du luxe.
    
    Pendant que Céline était partie aux toilettes, je m’installais. Je déteste les grosses valises et j’ai la fâcheuse manie, de toute façon, de toujours oublier quelque chose. Lorsque ma cousine revint, ma valise était vide. J’avais déjà installé mon PC portable sur mon bureau pour mater des séries. Quel empressement vous me direz, mais je n’avais aucun devoir et l’envie express de me divertir.
    
    — Je n’arrive pas à ouvrir cette fichue fermeture.
    
    — C’est dommage, répondis-je, tu vas devoir vivre une semaine sans le contenu de ta valise.
    
    Alors que je mimais de repartir, l’air taquin, elle reprit son SOS d’une façon encore plus désespérée. Je m’approchais et m’agenouillais, examinant la valise. J’étais forcé de l’aider, de secourir cette princesse en ...
«123»