1. Une nounou bien membrée (3) (2)


    Datte: 15/02/2018, Catégories: Gay Auteur: bdsmvar

    Cela faisait deux jours que Katia s’était occupé de moi et j’étais déjà en manque. Mon excitation ne retombait pas. Je devenais accroc à son sexe, son cul mais surtout à elle. Cette façon de m’humilier, quasiment me dresser, me faisait sentir femelle et mon dieu que j’aimais ça !
    
    Heureusement je crois que je la satisfaisais puisque je recevais un SMS le soir même :
    
    "Dès que tu sais que tes parents se seront barrés mais avec la petite tu me tiens au courant !".
    
    C’était à la fois long et la fois court mais je savais que mes parents allaient rendre visite à des amis à eux pour tout le weekend. Je lui signifiais donc immédiatement et sa réponse fut rapide.
    
    "Bien à la minute où tes parents sont partis, tu me préviens. Quand j’arrive je veux que tu sois rasée entièrement et que m’attendes à poil dans l’entrée à genoux petite pute. Bien compris ?"
    
    Je lui répondis " Oui madame".
    
    J’ai eu comme réponse : "Si il y a le moindre truc que tu ne respectes pas là-dedans tu vas la regretter pétasse, et ne réponds pas je ne veux pas entendre parler de toi si ce n’est pour me vider les couilles sinon tu ne me sers à rien"
    
    Je me retrouvais seul dans ma chambre en train de bander. C’était pathétique mais tellement véridique sur l’effet qu’elle me procurait.
    
    Plus tard dans la semaine je me rendais vraiment compte de comment elle m’avait transformé. J’avais reçu un sms de ma copine me signifiant la fin de notre relation. Force est de constater que cela ne m’avait ...
    ... absolument pas touché; je répondais d’ailleurs un simple "Ok c’est mieux comme ça".
    
    En réponse j’ai eu le droit à "Je vois que tu tenais vachement à notre relation, quand je pense que j’ai failli avoir des sentiments pour toi, t’es vraiment qu’un gros con".
    
    Je choisissais de ne pas répondre, au moins j’avais l’esprit tranquille. Les jours suivants me paraissaient interminables, je n’avais qu’une hâte que mes parents s’en aillent.
    
    Le grand jour était enfin arrivé. Le SMS était déjà écrit j’ai simplement cliqué sur le bouton envoyer. Je me précipitais sous la douche pour me passer un dernier coup de rasoir sur tout le corps et pour être parfaitement propre pour Katia.
    
    Je me lavais, me séchais le plus rapidement possible pour attendre derrière la porte à genoux comme elle me l’avait demandé.
    
    Cinq minutes après sans toquer, elle rentrait, refermant très rapidement la porte derrière elle. Sans un mot, elle ouvrait la braguette de son jean, pour fourrer sa queue dans ma bouche. Elle positionnait alors son pied de manière à ce que sont talon écrase ma queue, mettait ses deux mains derrière ma tête et commençait à me baiser la bouche.
    
    Quel soulagement de la retrouver elle, sa queue, ce goût dans ma bouche sans son talon pour écraser ma queue je suis sur que je banderais à cet instant. J’étais frustré de ne pas sentir ses couilles mais je contentais déjà de ça. Au bout de quelques minutes elle finissait par tout lâcher au fond de ma bouche m’obligeant à avaler. Je devais ...
«123»