1. La dispute (20)


    Datte: 14/05/2023, Catégories: Transexuels Auteur: Faunus

    Cette fois encore leurs ébats avaient conduit les deux jeunes femmes jusqu’à l’aurore. Elles s’étaient endormi l’une dans les bras de l’autre. C’était la deuxième fois qu’Éliane s’éveillait dans le lit d’Anne. Cette nouvelle partenaire pleine de ressources n’avait rien à envier à Sandra. Elle lui ressemblait sur beaucoup de points et notamment sa propension à être directive, dominatrice et exigeante. Des gestes identiques qui lui avaient imposé des positions très sportives. En s’éveillant, Éliane s’étira avec précautions, certains muscles lui parurent exister plus que d’autres. Tout contre elle, Anne semblait encore dormir. Son bras posé sur son flanc et la main qui lui tenait le sein gauche faisait sentir la pression des doigts. En même temps que l’étreinte, Éliane se rendit compte qu’elle avait un besoin pressant. Il devenait urgent de satisfaire la nature, il lui fallut plus d’une minute pour se libérer de cette étreinte amoureuse. Une fois extraite de cette couche accueillante elle se dirigea d’un pas rapide vers les toilettes. C’est en poussant un soupir de satisfaction qu’elle put enfin libérer ses sphincters. « Ouf ! Il était moins une. Hi hi ! » La demi-heure qui suivit fut utilisée à accomplir ce qu’elle nommait son rituel quotidien. Ce ne fut qu’après avoir tout accompli qu’elle sortit de la salle de bain dans le but d’aller voir si Anne dormait encore. Elle s’étonnait elle-même d’avoir pu s’échapper sans réveiller sa copine. À peine avait-elle franchi la porte ...
    ... qu’elle ressentit une forte claque sur sa fesse.
    
    - Aïe ! Mais cela fait mal !
    
    - Que t’ai-je dit à plusieurs reprises ?
    
    - Mais, j’avais trop envie. Je ne voulais pas faire de dégâts sur la literie.
    
    Elle n’avait pas vu Anne en entrant dans la pièce. Elle fit le geste de se frotter la fesse endolorie, une main autoritaire l’en empêcha. Une autre main lui fit une clef au bras gauche. Maintenant, la position du membre dans son dos l’obligeait à avancer, courbée vers l’avant.
    
    - Tu es vilaine, cela fait mal...
    
    - Tu dois attendre que je te le dise avant de faire les choses. Attends un instant ! Reste dans cette position !
    
    La tension sur son omoplate venait de disparaître, la sensation de brûlure sur la fesse l’incita à obéir. Éliane était penchée en avant avec les jambes écartées pour pouvoir garder l’équilibre, conserva la position. Son bras droit dans le dos et posé sur son bassin, elle garda le silence. Quelques secondes plus tard Anne, lui posa un bandeau sur les yeux, cette nouvelle situation fit apparaître une crainte qui augmenta quand son bras fut à nouveau sollicité.
    
    - Aïe ! Méchante, tu m’as fait mal, qu’ai-je fait pour que tu me maltraites ?
    
    - Pourquoi me poses-tu la question ? Tu connais la réponse, avances !
    
    Anne, après l’avoir fait se redresser elle la guida vers une pièce à proximité. Éliane se demanda où elle venait de la conduire. Elle connaissait toutes les pièces de l’appartement de fonction. Elles n’en étaient pas sorties et n’avaient pas ...
«1234»