1. Sagesse (4)


    Datte: 17/03/2023, Catégories: Hétéro Auteur: Gerald93

    ... regarde, juste la taille de ma main.
    
    — Dans tes bras, c’est vrai, je suis un peu moins moche…
    
    Son bras descendit lentement sur mon ventre et disparue du miroir, masquée par la vasque. Il caressait à nouveau mon minou. Je serrais les cuisses pour l’empêcher de s’y introduire. Il me troussa lentement je sentis une verge déjà revigorée contre ma croupe. Etait-il possible qu’il veuille déjà remette ça ? Ou était-ce juste un petit jeu ? Je me cambrai pour le tenter un peu plus. Il ne lui en fallut pas plus pour finir de l’exciter. Il sorti son engin du boxer et me le carra entre mes deux hémisphères charnus. Par petits mouvements il se fraya un chemin, trouva la porte interdite. J’étais curieuse de savoir s’il pouvait encore tenir un round, mais je n’étais pas prête à une sodomie. A mon grognement, il comprit ma réticence et descendit vers l’entrée « conventionnelle ». Je me penchai un peu plus pour l’aider, creusai le dos. Il m’enfila par à-coups et finit par me pénétrer complètement. C’était dingue, mais visiblement nous étions repartis pour un tour gratuit.
    
    Il fit d’abord de petits aller retour en moi, sans me toucher et puis accéléra… Il me débarrassa complètement de mon peignoir. Je m’accrochais au lavabo et offrit mon cul à ses assauts. Je mouillais de nouveau. Dans le miroir j’aperçu son visage qui grimaçais dans l’effort, et mes petits seins qui ballotaient. Son ventre rebondissait sur ma croupe tendue à chaque cout de boutoir. Maintenant accroché à mes hanches il ...
    ... se démenait pour me défoncer la chatte. Je me penchais plus pour lui offrir. De petits cris rythmés s’échappaient de ma bouche. Parfois il ralentissait, et venait m’embrasser le cou ou me mordiller l’épaule, me faisant frissonner de plaisir. Puis il reprenait de plus bel. Plus je me penchais, plus il me fouillait profondément. La buée avait maintenant envahi la glace. Lorsqu’il remonta ses mains sur ma poitrine, je sentis mes jambes trembler. Lorsqu’il prit mes seins à pleine main, j’ai senti une vague se créer dans le bas de mes reins. Et mes dernières paroles furent :
    
    — Oh putain… tu vas encore me faiIRRE JOUIIIIIIIR !
    
    Il me cria :
    
    — Attends-moi, attends MOIIIIIIII ! Et il se retira pour éjaculer entre mes fesses.
    
    Il répétait en reprenant son souffle :
    
    — En même temps ! En même temps ! Ca c’est rare, t’es une fille géniale.
    
    J’avais très envie de le croire. En sentant son sperme chaud me parcourir la raie, je pris conscience du risque que je venais de prendre. Il m’avait prise par derrière sans préservatif. Je me retournai, et lui dit sans grande conviction.
    
    — Ne recommence jamais ça.
    
    — Tu n’aimes pas ?
    
    — Le préservatif !
    
    — Cool, relax, je maitrise, tu as vu.
    
    Devant tant d’aplomb, mais aussi tant de plaisir, je lui répondis par un profond et interminable baiser.
    
    Nous avons alors repris une douche, ensemble cette fois. Et la température de l’eau que j’avais volontairement minorée pour nous rafraichir, contrastait avec les caresses torrides ...