1. Ma collègue de bureau… et son neveu (13)


    Datte: 19/01/2023, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: K-ro

    Dimanche 3 septembre 2000
    
    Ce matin, tout le monde se lève tard suite à la journée mouvementée de la veille. Je m’aperçois en me réveillant que Ber est déjà levé. Je le retrouve dans la cuisine en train de boire un thé avec quelques biscuits. Il m’en propose en disant :
    
    — Comme il est presque midi, je prends juste ça en attendant qu’ils se réveillent.
    
    — Oui, tu as raison, on fera un gros brunch à la place, ça sera le plus pratique.
    
    Evidemment, nous n’avons pas pris la peine d’enfiler quoi que ce soit. Au point d’intimité où nous en sommes avec eux, je ne crois pas que nos invités en soient gênés.
    
    Puis c’est Guillaume qui émerge et nous rejoint sur la terrasse où nous nous profitons du soleil. Il a bien assimilé des leçons de la veille, car non seulement il est à poil lui aussi, mais il n’a aucune honte à nous présenter une demi-érection en plein développement.
    
    Il se pose sur un autre transat après nous avoir salués. Il pensait peut-être que nous allions lui faire remarquer son état, mais justement, nous faisons comme si tout était plus que normal. Nous nous relevons pour nous assoir de façon à pouvoir manger confortablement, levant juste la tête pour l’accueillir. Je l’invite à s’installer avec nous :
    
    — Salut Guillaume ! Bien dormi ?
    
    — Euh... oui, merci.
    
    — Je suppose que tu as faim, alors viens, on commence. Ça fera venir ta tante...
    
    C’est certainement l’idée de s’exhiber devant nous qui le faisait bander, mais force est pour lui de constater ...
    ... que sa manœuvre est tombée à plat. En conséquence, sa queue retombe elle aussi petit à petit. Donc, comme il est plus affamé qu’autre chose en ce moment, il s’installe près de nous et grignote un peu de tout.
    
    Martine ne tarde pas à nous rejoindre. Elle non plus n’a rien mis sur elle. Je pense qu’elle a eu le temps de se rembobiner les séquences que nous avons vécues hier et qu’elle a bien pesé le pour et le contre de la situation où elle se trouve vis-à-vis de son neveu. Elle se pose près de nous et se met elle aussi à manger et boire. Je sens tout de même qu’elle leur d’envie de parler de ce qu’il s’est passé entre elle et son neveu. Je l’aide :
    
    — Alors, bien remise de cette nuit ?
    
    — Euh, oui, justement, je voulais t’en parler, mais...
    
    — Mais quoi ? Pas devant les hommes ? Allez, ils sont concernés eux aussi, non ?
    
    — Oui, finalement tu as raison, autant crever la bulle.
    
    — Vas-y, sors ce que tu as sur le cœur.
    
    — Eh bien, voilà, on s’est fait prendre dans un tourbillon, mais il faudrait pas recommencer.
    
    — Pourquoi, ça t’a pas plu ?
    
    — Euh, oui, mais là n’est pas la question. Guillaume va vivre chez moi et c’est mon neveu.
    
    — Donc ?
    
    — Donc, ça risque de mettre une mauvaise ambiance entre nous deux.
    
    — Mais non, au contraire, maintenant vous vous connaissez vraiment et vous pouvez en profiter quand vous voulez. Ça veut pas dire baiser comme des bêtes en permanence, c’est juste que vous pourrez vous faire plaisir quand vous le voudrez. Pas vrai ...
«123»