1. Police polissonne (77)


    Datte: 12/01/2023, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Auteur: Pikatchu

    Les « Trans » effectuées les deux femmes se dirigent vers les vestiaires, et comme toute soignante qui se respecte, elles parlent boulot, sauf que le sujet ne bascule pas sur les bobos du jour ; mais plutôt sur le côté fesses.
    
    — Martine, tu as vu comme elle est super bien foutue notre patiente ?
    
    — Oui, et elle m’a donné des envies...
    
    — Genre ?
    
    — Genre, qu’on pourrait se faire une petite sortie exhibe, directement en sortant de l’hosto avec les fringues qu’on a ici ; mais sans rien dessous et resto.
    
    — Oui, et nous prendrons le métro pour descendre jusqu’au port, propose Martine.
    
    — En métro ? Mais pourquoi, tu sais qu’il y a souvent des mecs chelous. Je vois, tu as envie de te faire peloter, c’est ça ?
    
    — Tu as tout compris, ça te tente ?
    
    — Mouais...
    
    Elles se changent, Martine met sa minijupe ultracourte avec un haut échancré qui laisse bien voir sa petite poitrine. Émilie enfile sa jupe portefeuille qui lui arrive à mi-cuisse, et qui a aussi l’avantage de pouvoir s’ouvrir devant ; pour le haut, elle met son chemisier qui ne demande qu’à laisser échapper ses seins bien ronds et fermes.
    
    À dix-neuf heures, le métro est aussi bondé qu’à Paris, les gens sont tassés les uns contre les autres ; à chaque secousse, les corps se heurtent. Cette situation étant propice pour que les frotteurs et autres espèces de peloteurs entrent en action. Les deux femmes qui ont décidé de se faire une soirée « Gouine » se placent côte à côte juste contre la porte du ...
    ... wagon. Dès les premiers soubresauts de la rame, elles se rapprochent et s’embrassent avec gourmandise. Sous le regard des voyageurs, elles jouent la provocation, elles commencent par un : lèvres contre lèvres, en surveillant les réactions des passagers. Certains les regardent, alors elles montent en intensité et passe au baiser goulu, celui que les actrices pornos offrent aux spectateurs. Par contre, si certaines vieilles rombières grondent contre les deux femelles en chaleur.
    
    La majorité des hommes observent le déroulement des opérations avec un intérêt relatif sauf un vieux bedonnant, partiellement chauve, et le peu qui lui restent est blanc. Au travers de ses lunettes, il ne perd pas une miette de ce spectacle aussi surprenant qu’indécent. Au premier arrêt, le wagon commence à se vider, ce qui donne l’avantage d’élargir le champ de vision du vieux qui en a profité pour s’avancer et de se placer juste à côté de la porte sur un strapontin qui fait face aux deux filles. Elles ont bien compris que l’homme ne s’est pas rapproché pour rien, et comme elles ont maintenant deux strapontins à disposition ; elles s’assoient, mais pas comme elles devraient le faire décemment. Bien au contraire, Martine a laissé remonter sa minijupe très haut, ce qui permet à l’homme d’avoir une vue directe sur sa fente toute rose. Émilie a délibérément ouvert le pan de sa jupe portefeuille, découvrant ainsi sa cuisse et même le côté jusqu’à sa fesse gauche. En face d’elles, l’homme dont le visage ...
«1234»