1. Le dindon


    Datte: 29/12/2022, Catégories: fh, extracon, fépilée, hotel, cérébral, Masturbation caresses, intermast, Oral pénétratio, Humour extraconj, Auteur: Nadia

    Il est dix-sept heures quinze. Martin est assis sur le bord du lit, Nadia sur ses genoux, dans une chambre banale d’un hôtel banal de la place de la Gare. Heureuses de se revoir, les lèvres, les mains et la peau des deux amants savourent le plaisir de retrouver le contact de l’autre.
    
    Le mobile de Martin sonne. Il le sort de sa poche, machinalement. Le nom qui s’affiche est celui d’un collègue et pote, Thomas, par ailleurs mari de Nadia.
    
    — Ton mec, qu’est-ce que je fais ?
    — Regarde ce qu’il veut, il me cherche peut-être. Je lui ai dit que j’allais faire des courses en ville, mais comme il est jaloux…
    — Salaud, tu m’avais caché que tu les draguais toutes… Je croyais que j’étais la seule !
    — C’est pas vrai, c’est ce qu’il croit, mais tu sais bien que je n’aime que toi !
    — Ouais… on va faire comme si et, puisque je t’ai là, pour moi toute seule, je vais bien en profiter !
    
    Contre le corps de Martin, Nadia se raidit, mais il la calme d’une légère caresse sur l’oreille.
    
    Nadia embrasse Martin dans le cou, lui mordille le lobe de l’oreille…
    
    — Sale menteur… mais c’est en partie vrai, mon mari me connaît bien mal…
    — Salaud, comment tu parles de moi… je ne suis pas une bagnole ! »)
    
    Martin consulte Nadia du regard. Elle lui sourit et hausse les épaules.
    
    — S’il le faut pour garantir sa discrétion, pourquoi pas ? Mais on est de sacrés pervers, tous les deux…
    
    Martin met son téléphone en mode haut-parleur et le pose sur le chevet.
    
    — Non mon chéri, ne ...
    ... raccroche pas, ce petit jeu commence à drôlement m’exciter… Fais-moi voir dans quel état de forme tu es et… ne me respecte pas trop tout de même…
    — Mais il est tout glabre, je l’ai fait épiler de frais hier, rien que pour toi !
    — Chut, c’est pour l’égarer…
    
    — Ah bon…
    
    — Arrête de parler, viens…
    
    Martin passe de la position assise à la position allongée, sur sa maîtresse, et son exubérance ventrale trouve facilement une cavité accueillante pour s’y loger, s’y vautrer et y entamer une mécanique binaire (genre : je vais – je viens) avec quelques variantes improvisées, de type : il fait semblant de sortir, pour qu’elle languisse, et se plaigne, avec force gémissements, elle, la si excitante hôtesse de son bas-ventre.
    
    Mais une intuition l’assaille, il se rend compte que le haut-parleur de son smartphone lui renvoie, en écho de ses ahanements, les ahanements de Thomas… Il se met en pause
    
    — Ne t’arrête pas, continue, je veux encore jouir…
    
    Puis reprend la parole :
    
    — Moi, frigide ? Le con, s’il me voyait !
    — Il t’entend jouir, et semble bien apprécier ton chant d’amour… Tu vas finir par le faire jouir, à distance.
    
    Alors Martin relève Nadia, la met à genoux sur le lit, le visage tourné vers le téléphone, se place derrière ses fesses et rengage le dialogue (je te prends, tu te donnes, etc.) avec elle. Martin est gêné d’entendre se masturber ce Candaule inconscient, car tel est le prix de sa discrétion, mais il est aussi un peu honteux du jeu qu’il joue, avec tant de ...
«12»