1. Séduction délicate de la soeur de ma mère (32)


    Datte: 29/11/2022, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: Bruce75

    Si vous avez manqué le début.
    
    Je m’appelle Patrick et je travaille à Marseille. J’entretiens une relation intime depuis deux ans avec ma tante Véronique, très BCBG, petite sœur de ma mère Anne.
    
    Elle a 44 ans, divorcée, avec 2 enfants de 10 et 12 ans.
    
    Nous avons eu un petit garçon prénommé Hugo, qui vient d’avoir un an en janvier. Ma mère ne parle plus à sa sœur, depuis qu’elle a appris notre relation et dorénavant, je ne rends visite à mes parents que de manière occasionnelle à Paris.
    
    Malgré les réticences de Véronique, je désire un second enfant, raison pour laquelle nous nous rendons chez son gynéco.
    
    Nous étions samedi matin et après avoir déposé les garçons, nous attendions dans la salle d’attente.
    
    Auparavant, je m’étais attiré les foudres de ma grande blonde. Comme d’habitude, je lui avais fortement suggéré de ne pas mettre de sous-vêtements, mais prétextant la visite chez la toubib, elle était restée vaguement évasive. Une fois la porte d’entrée passée, les choses s’étaient gâtées dans l’ascenseur. Pour m’assurer qu’elle n’avait rien mis, je l’avais attirée vers moi en glissant ma main sous son pull-over. Agacée, elle en avait levé les yeux au ciel, alors que mes doigts distraits lui palpaient la poitrine.
    
    — Alors... Tu es satisfait ? Je n’ai rien mis parce que je savais qu’elle n’allait pas m’examiner. Rouspéta-t-elle, pendant que je profitais de la peau moelleuse de ses seins reposés.
    
    — Oui bon, on peut rester un peu jeune d’esprit. Lui ...
    ... rétorquai-je en lui caressant désormais son ventre à la peau lisse.
    
    — Oh t’as toujours une bonne raison et maintenant tu arrêtes ! (je retirai ma main devenue indésirable pour lui faire un smack) toi alors... dès que tu peux, il faut que tu me pelotes (une fois sorti de l’ascenseur, je la pris par le bras en l’attirant vers moi) Patrick... non, non... on peut nous voir, pas dans le couloir (serrée contre moi, ma grande blonde accepta d’ouvrir la bouche et me laissa goûter sa salive chaude) enfin Patrick ! on se calme, un peu de tenue quand même. M’ordonna-t-elle en m’essuyant le coin de ma bouche, afin d’effacer ses traces de rouge à lèvres.
    
    — T’as pas dit non et prends ce baiser comme une preuve d’amour. Plaisantai-je en lui filant une petite tape sur les fesses.
    
    — Y a d’autres preuves d’amour et restons sérieux... et j’suis pas ta copine ! t’as une fâcheuse tendance à l’oublier. Rajouta-t-elle en donnant un coup de sonnette avant d’entrer.
    
    — Cette fois, t’es ma copine devant la gynéco et t’as qu’à être moins sexy ma chérie, ton jeans moulant, ça te donne de ces courbes... wouah ! m’exclamai-je.
    
    — Pfff...! Décidément, tu ne penses qu’à ça avec moi et maintenant, chuut. Dit-elle en ouvrant la porte.
    
    Ma belle blonde s’adressa à la secrétaire, laquelle nous indiqua la salle d’attente.
    
    Assis chacun sur notre chaise, nous n’avions pas le cœur à lire de vieux magazines. Un autre couple était présent, ainsi qu’une femme âgée. Ils tapotaient sur leurs portables pour ...
«1234...14»