1. Apprendre le respect ...


    Datte: 27/11/2022, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Marionnette

    Il était minuit et demi, nous étions en voiture tous les deux, rentrant à la maison après une soirée dans un restaurant dansant ...je portais une robe fluide avec des bas couleur chair mais pas de culotte parce que tu m'avais ordonné de ne pas en porter ....plusieurs fois au cours de la soirée tu as discrètement glisser ta main sous la table pour enfoncer dans ma chatte humide un doigt puis deux puis trois ...cela m'a bcp excité....j'ai dansé, beaucoup dansé avec toi mais aussi avec un autre homme qui a profité que tu te sois absenté aux toilettes....à ton retour, me voir près d'un autre homme t'a de suite énervé pourtant je ne faisais que danser ...tu as croisé mon regard et m'a de suite fait comprendre que j'allais le regretter. J'ai compris alors que notre relation de dominant/dominée allait prendre vie cette nuit.
    
    Peu de temps après nous avons quitté la soirée et, arrivé devant la voiture tu m'as plaqué contre la carrosserie, m'a embrassé passionnément puis tu as commencé à me doigter ... doucement d'abord ...je sentais le fruit de mon excitation couler le long de mes cuisses... Puis tu t'es fait plus violent ajoutant des doigts et me pénétrant avec plus d'ardeur jusqu'à m'enfoncer ta main toute entière dans la chatte ...mes jambes tremblaient de plaisir je voulais que tu me prennes là sur le parking mais tu as refusé tu m'a dis de monter dans la voiture en répétant que j'allais être punie pour le comportement d'effronté que j'avais eu.
    
    Nous avons roulé ...
    ... jusqu'à chez nous... sans parler, sans musique, juste le silence et notre désir immense.
    
    Tu as garé la voiture dans le garage, je suis sortie et me suis dirigée vers la porte du cellier mais tu m'as attrapé par le bras, tu l'as placé dans mon dos m'obligeant à avancer jusqu'au devant de la voiture... la tu as plaqué ma poitrine contre le capot, tu m'as écarté les jambes, tu a relevé ma robe sur mon dos, tu as ouvert ton pantalon, tu as saisi ta grosse queue et tu me l'as enfoncé dans ma chatte d'un coup fort, vigoureux, presque douloureux. Je me suis dit que si ça avait été dans mon cul je n'aurais pu réprimer un cri ...pensée prémonitoire...l'instant d'après tu me déchirais la rondelle avec une vigueur que je n'avais encore jamais connu ...j'ai crié...la douleur était fulgurante puis diffuse je pouvais la ressentir dans mon corps tout entier et en même temps ma chatte coulait de plus en plus.
    
    Tu ne t'es pas arrêté là, excité de me voir avoir mal et d'aimer cela ... tu m'as défoncé ...en rythme prenant le temps entre chaque coup de rein de bien me laisser sentir cette force, ce désir bestial que tu avais pour moi...tes coups de queue étaient comme des coups de fouets ... j'aurais pu les compter... je me suis dis que cette punition était divine ...tu me traitais de petite pute, de salope qui ne pouvait pas s'empêcher de charmer d'autres hommes dès que tu avais le dos tourné... me disant que j'allais apprendre à qui j'appartenais et combien j'allais regretter de t'avoir ...
«123»