1. Sexe et confinement (1)


    Datte: 23/11/2022, Catégories: Gay Auteur: letiche

    Ce mercredi 15 avril, je dois me rendre à mon travail, effectuer des impressions que je ne sais pas effectuer à la maison, et en profiter pour remettre quelques fardes terminées et prendre deux ou trois nouveaux dossiers.
    
    Etant en période de confinement, personne au bureau, un bâtiment, des couloirs et locaux désespérément vides. Pas désagréable, mais lugubre. La seule présence au cours de cette journée est le passage en extérieur d’un agent de sécurité, qui me fait bonjour de loin, mais il ne vient même pas vérifier ce que je fais là.
    
    J’ai pris mes tartines, car à part une grande surface à proximité, rien pour manger un morceau ou pendre un verre, c’est mort ce lieu. La journée se passe et l’après-midi est maintenant bien entamée. Tout ce dont j’ai besoin est sur le coin de la table, je décide de quitter les lieux.
    
    Direction parking, voiture, sortie de ville, bretelle d’autoroute et retour maison. Alors que je roule, voici une aire de stationnement, je me décide à y faire un petit arrêt, on ne sait jamais, il y a peut-être quelqu’un qui cherche de la compagnie. Rien, mis à part deux camions et les chauffeurs qui doivent dormir. Je ne reste pas et continue mon chemin. A la suivante, tout est fermé mis à part les sanitaires, et la station-service, mais là encore, rien à se mettre sur la langue. Je continue donc, car je sais que l’aire de repos suivante est bien connue comme un lieu de rencontre. Quelle ne fut pas ma déception en y arrivant. Tout a été élagué, plus un ...
    ... seul buisson ou petit fourré, juste des arbres et partout on est à vue. Ah les salauds, pour une fois qu’ils travaillent sur les espaces de repos, ils ont fait un fameux nettoyage, on ne verra plus personne ici.
    
    Allez, on repart, la prochaine et dernière avant de rentrer à la maison. Encore un kilomètre, le clignoteur, et voilà, on se stationne pratiquement au bout de l’aire de repos. Le début étant réservé aux camions. Et là près des dernières tables de pique-nique, il y a un véhicule stationné avec quelqu’un dedans. Hum, il semble au téléphone, mais sait-on jamais ?
    
    L’homme sort de son véhicule, un mec d’environ trente-cinq ans, et bien bâti à première vue. Il se dirige vers la table de pique-nique. Non, il continue vers le petit bois. Bon cela, il cherche certainement de la compagnie, je m’en vais voir de ce pas.
    
    Alors il faut savoir que j’arrive à la soixantaine, un mètre quatre-vingts pour une centaine de kilos, en surpoids, mais avec ce confinement, on se laisse un peu aller. Mais toujours alerte lorsqu’il s’agit de rencontre en extérieur. De plus, vu la situation actuelle, plus de rencontres depuis plusieurs semaines maintenant, je suis excité et l’envie que cela matche est présente. Je m’engage entre les fourrés et à une trentaine de mètres, il est au milieu du passage, je passe derrière lui, nous nous frôlons, j’ai une sensation agréable, je sais qu’il en a envie. Je le sens, cela se sent ces choses-là. Je continue un peu plus loin, il me suit, bonne chose. ...
«123»