1. Aym-Rick (16)


    Datte: 17/11/2022, Catégories: Gay Auteur: Flok54

    Je sors de la salle de bain, avec ma tenue de la veille, sans boxer, car si vous vous souvenez bien, mon Maître l’a déchirée hier soir pendant qu’il me niquait sur le toit-terrasse. Je sens mon zgueg qui frotte et qui se durcit contre mon short pendant que je marche. Ça m’émoustille. Une bonne odeur de café se répand dans le couloir. La soif grouille comme un serpent dans mon ventre. Je me dirige gaiement vers la cuisine. Mon Maître termine de dresser la table du petit-déjeuner.
    
    - Tu tombes à pic ! Le petit-déj’’ est prêt, sourit-il en me voyant.
    
    - Cool ! J’ai les crocs, réponds-je d’une voix enthousiaste.
    
    Il tire une chaise où il m’invite à prendre place.
    
    - Merci beaucoup, dis-je en m’asseyant délicatement.
    
    Il doit être un jeune homme de bonne famille, à moins qu’il n’ait eu une éducation très stricte. En tout cas, il s’avère être un véritable gentleman. La faim me tranche l’estomac comme des griffes tueuses. Je ne sais par où commencer. Je n’ai que l’embarras du choix. Il m’épate continuellement.
    
    - Qu’est-ce qu’il te ferait plaisir, Aymeric ? me demande-t-il, d’une voix enjouée.
    
    - Je veux bien du melon, s’il vous plaît, Maître.
    
    Il prend un bol dans lequel il dépose des morceaux de melon et me tend une fourchette.
    
    - Café ?
    
    - Non, merci.
    
    Je prends la fourchette, puis le bol, et le pose aussi soigneusement que possible.
    
    - Du jus d’orange ? Je viens juste de le presser.
    
    - Volontiers !
    
    Il me remplit un verre et se verse par la suite son ...
    ... café dans une tasse.
    
    - Ah, au fait, je ne t’ai pas dit ! Ce soir, je vais au restaurant avec mes potes. Évidemment, tu es convié, mais avant cela, je veux que l’on aille tous les deux au cinéma. On est d’accord ? dit-il d’un ton enjôleur en levant lentement sa tasse, les yeux rivés sur moi tandis qu’il prend une gorgée.
    
    Je sens mon visage chauffer sous son regard intense, et mon estomac se noue un peu plus.
    
    - C’est très gentil, mais je ne veux pas vous déranger.
    
    Je remue sur ma chaise et baisse les yeux sur mon bol.
    
    - Mais tu ne me déranges pas, bien au contraire. Je te réserve des surprises pour ce soir. Toute façon, tu n’as pas le choix. J’ordonne, tu obéis. As-tu déjà oublié ? dit-il d’une voix assez ferme.
    
    Je relève les yeux brusquement vers lui.
    
    - Non, je n’ai pas oublié vos règles ni vos leçons, Maître, réponds-je en le fixant avec une assurance que je n’aurais pas cru avoir.
    
    Il plisse les paupières, croise les bras sur son peignoir et inspire profondément. Je me sens atrocement petit face à lui. Mon assurance n’est qu’une façade, mon Maître doit s’en douter. Je bouillonne de l’intérieur et j’ai du mal à soutenir son regard. J’ai l’impression de recevoir des petites décharges électriques partout où il pose les yeux. Je m’interdis de manifester la moindre émotion trahissant mon visage. Ce qui m’est parfaitement impossible à faire. Il décroise les bras, lève la main vers mon visage et caresse le renflement de ma lèvre inférieure de son pouce.
    
    - ...
«1234»