1. Les CRS (6)


    Datte: 16/11/2022, Catégories: Gay Auteur: Poiluhds

    La canicule persiste et je n’arrive pas à dormir. Je vais prendre l’air et comme la veille, me dirige vers la plage. J’aime cette ambiance des nuits claires les soirs d’été. D’instinct, je me dirige vers le blockhaus, désert au moment où je m’approche. Je m’assieds sur le sable sur la serviette que j’ai pensé à prendre en sortant. Ce n’est plus l’heure des bains de soleil, mais cela m’évitera la sensation désagréable du sable dans ma raie poilue.
    
    Une silhouette approche, mais je ne reconnais ni Mathieu ni le mignon petit père de famille de la nuit dernière. C’est Sébastien, le chef de poste qui, comme moi, doit chercher la fraicheur. Je le regarde se promener, mais il me donne l’impression de chercher quelque chose. Puis il me voit.
    
    — Bonsoir Paul...
    
    Il choisit de ne pas s’adresser par mon grade, ce qui veut dire que la conversation sera personnelle.
    
    — Bonsoir Sébastien, ça a été une belle journée, merci.
    
    — Merci à vous. Les gars sont toujours motivés quand vous venez. Ils savent que vous appréciez leur travail.
    
    — Vous avez de la chance de passer l’été ici non ?
    
    — Oui... sauf les jours où ne réussissons pas à sauver quelqu’un, mais heureusement, il y a peu d’échec.
    
    — Et en tant que chef de poste, vous ne vous sentez pas trop seul ? Quand on a l’autorité, on n’a pas la proximité avec les autres...
    
    — C’est vrai... mais ça va... Nous sommes à la plage, tous à poil, c’est l’été... ce n’est pas comme le reste de l’année. Et vous, vous avez ce ...
    ... sentiment de solitude du commandement ?
    
    — Oui... aussi. C’est pour ça que j’aime faire cette tournée de la cotée, je vois du monde et parfois les relations sont plus proches... comme avec vous.
    
    Sébastien ne répond pas tout de suite. Peut-être perçoit-il un deuxième sens à ma remarque. J’ai envie d’en savoir plus.
    
    — C’est votre lieu de promenade favori ici ?
    
    — Oui... j’aime bien...
    
    — Moi aussi... c’est à l’écart de tout et j’aime me sentir seul au milieu de la nature quand je suis nu.
    
    — Oui... moi aussi.
    
    — Hier soir, il y avait du monde...
    
    Sébastien semble un peu troublé.
    
    — Deux hommes.
    
    Il regarde la mer droit devant lui. Et soudain, il me semble triste.
    
    — Ca va Sébastien ?
    
    — Oui...
    
    — Vous voulez parler de quelque chose ?
    
    — Je... vous êtes sûrement le seul à qui je peux parler...
    
    — Ne vous croyez pas obligé. J’ai horreur des confidences forcées.
    
    — Vous avez compris ? Pour moi ?
    
    — Que vous êtes attiré par les hommes ?
    
    —...... Oui...
    
    — Oui j’ai compris. Je crois depuis assez longtemps... deux ou trois ans peut-être.
    
    — Ah bon ?
    
    — Ça vous pose un problème ?
    
    — Oui et non... je suis moins libéré que vous probablement...
    
    — Vous avez un ami ?
    
    —... Non... je n’ai pas succombé à la tentation... sauf avec Mathieu une fois, mais nous étions bourrés... et il n’y a eu qu’un baiser...
    
    — Mais vous ne l’avez jamais oublié ?
    
    — Non... c’est ça... Ca a été comme un basculement de ma vie...
    
    — En vous... sans personne à qui ...
«123»