1. Goutte à goutte


    Datte: 16/11/2022, Catégories: fh, hbi, copains, vacances, fsoumise, hsoumis, vengeance, jalousie, Voyeur / Exhib / Nudisme vidéox, Masturbation Oral pénétratio, hsodo, sm, dominatio, Auteur: Faustine

    Maryse et Louis sont des amis à deux titres. Le premier, c’est que nos enfants fréquentent la même école, la même classe. Le second, c’est que Maryse et ma femme, Armelle, sont des amies de lycée et c’est le hasard qui les a fait retrouver.
    
    Des amis très proches. Maintenant chaque été nous passons quelques jours chez eux, dans une maison du centre de la France, mais avec une piscine et eux quelques jours chez nous au bord de l’Atlantique. Ces quelques jours sans les enfants sont de vraies vacances, avec l’insouciance qui va avec, les longues marches avec Louis, le bavardage des femmes autour de la piscine. Bref on ne se prend pas la tête.
    
    Maryse et Armelle sont très différentes. Autant ma femme est réservée, autant Maryse est extravertie. Armelle refuse de bronzer nue alors que sa copine ne cesse de l’encourager. Les maillots de ma femme sont mignons, mais sages. Ceux de Maryse laissent déborder sa poitrine généreuse et le slip laisse voir ses fesses bien rebondies.
    
    J’ai l’impression que cette année Maryse est encore passée au stade supérieur. J’ai même senti qu’elle me cherchait un peu. Oh, pas directement, mais par des regards, des frôlements, une intrusion alors que je prenais ma douche sous l’excuse d’un flacon de shampoing manquant. Mais si j’apprécie cette tentative de séduction, il n’est pas question d’y répondre. J’ai des principes. Si je devais tromper ma femme, ce ne serait pas avec une amie. J’aurais trop honte d’autant que Louis se comporte en ami avec ...
    ... mon épouse, pas plus. Bien entendu parfois un compliment, une plaisanterie un peu leste, juste ce qu’il faut pour qu’une amitié soit entretenue.
    
    Les valises sont prêtes. On part demain matin. Un peu de nostalgie, mais : un appel où Maryse apprend que son père a fait un AVC. Les médecins ont bon espoir qu’il pourra s’en sortir sans trop de séquelles.
    
    — On va partir ce soir. Il faut que je le voie. En principe on sera de retour dans trois jours. Cela ne vous ennuie pas de fermer la maison en partant. Vous cacherez la clé. Vous savez où on la met d’habitude.
    
    Bien sûr, on est d’accord, mais :
    
    — Merde, j’ai complètement oublié que les ouvriers viennent demain matin, dit Louis.
    — Il faut déplacer le rendez-vous, lance Maryse.
    — Impossible. J’ai mis des jours pour tout organiser. Après, cela repousse en septembre, et on doit impérativement se raccorder au « réseau communal des eaux usées ». On a déjà trop tardé ! On finirait par devoir payer des pénalités.
    
    Je propose alors :
    
    — On peut rester un jour ou deux de plus. On pourrait surveiller.
    — Oh, merci, tu nous sauves la vie. Je t’explique.
    
    Trente minutes plus tard, tout est organisé. On se salue. La voiture va partir. La vitre passager s’ouvre. C’est Maryse qui s’adresse à Armelle.
    
    — Je t’avais dit que Roland devait arriver demain en fin d’après-midi. Je n’arrive pas à le joindre. S’il t’appelle, on ne sait jamais, tu l’informes de la situation et qu’il repousse sa venue. D’accord ?
    
    Je suis juste à côté ...
«1234...15»